Duel entre régimes

Les deux plus grands types de régimes viennent enfin d'être scientifiquement comparés. Par rapport au traditionnel limitant les graisses et les calories, la perte de poids est supérieure avec un régime pauvre en sucre raffiné et féculent (6-7kg contre 2-3kg). Malheureusement, cette différence s'estompe au bout d'un an.
PUB

Face à l'obésité galopante, le désir de maigrir est aujourd'hui bien présent. A côté du régime amaigrissant traditionnel recommandé par les institutions médicales, prônant la restriction des graisses et des calories, ceux excluant notamment le sucre sont devenus progressivement très populaires. Malgré cet engouement, aucune étude scientifique n'avait encore évalué leur efficacité respective à long terme.

Au cours de deux études comparatives, des sujets obèses étaient assignés à suivre soit un régime faible en hydrates de carbones (sucre raffiné et féculent) et par conséquent riche en protéines et en graisses, soit un régime plus traditionnel, pauvre en graisses et en calories (moins de 30% de l'apport calorique). A six mois, les auteurs constatent une perte de poids plus importance avec le régime pauvre en hydrate de carbone : 6 à 7kg contre 2 à 3kg avec le régime pauvre en graisses. Mais à 12 mois, cette différence s'estompe.

PUB
PUB

Etant donné les bénéfices connus de la restriction en graisses, il est clair que d'autres études, plus longues et plus vastes, sont nécessaires afin d'évaluer plus finement les régimes faibles en sucre. En attendant, il faut recommander une vie saine comprenant une activité physique régulière et un régime équilibré : fruits et légumes, céréales, viandes maigres, poisson au moins deux fois par semaine et restriction en graisses totales et saturées.

L'obésité a doublé aux Etats-Unis en vingt ans. Deux tiers des adultes sont en surpoids, plus de 30% sont obèses, près de 8 % sont diabétiques et 24 % souffrent d'un syndrome métabolique (obésité viscérale, dyslipidémie athérogène, hypertension, intolérance au glucose). Près de 45 % des femmes et 30 % des hommes essayent de perdre du poids.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 18 Juin 2003 : 02h00
Source : New England Journal of Medicine, pp 2057, 2074, 2082, 2136, 22 mai 2003.