Donneur de moelle osseuse : pourquoi et comment ?

Dix millions de personnes dans le monde se sont portées volontaires au don de moelle osseuse. Inscrites sur les Registres, leurs caractéristiques génétiques sont continuellement confrontées à celles des patients. L'objectif : trouver une compatibilité parfaite permettant à un patient de guérir. Le Dr Colette Raffoux, directrice du Registre France Greffe de Moelle, nous explique pourquoi et comment devenir donneur.
PUB

e-sante : Dix millions de personnes inscrites sur les Registres internationaux. Est-ce suffisant ?

Dr Raffoux : On ne peut pas raisonner ainsi. Nous avons effectivement 10 millions de donneurs dans le monde. Pour des malades d'origine européenne, la probabilité de trouver un donneur est d'environ 60%. Mais en revanche, pour des malades d'autre origine géographique, par exemple africaine, la probabilité n'est plus que de 20%. Les donneurs ayant des origines géographiques plus rares ne sont donc pas assez représentés dans les Registres. Si on parle en représentation, c'est insuffisant.En France, nous avons par exemple 4 millions de Français dont les parents sont d'origine maghrébine. Or le fichier français ne contient pas assez de donneurs dont les parents sont d'origine maghrébine.

PUB
PUB

e-sante : Quel est l'enjeu du don de moelle osseuse ?

Dr Raffoux : Il faut considérer l'enjeu pour le patient et pour le donneur. Pour le patient, c'est une guérison (environ 60% des cas) de sa maladie hématologique grave, tels que la leucémie (la moelle fonctionne à l'excès et de façon anarchique) ou des déficits immunitaires (la moelle ne fonctionne plus). Toutefois la guérison n'est pas obtenue dans 100% des cas, car il existe parfois des complications graves dues à une maladie appelée maladie de la greffe contre le receveur.Pour le donneur, l'enjeu est double. Premièrement, le respect de sa volonté de donner. En effet, si un jour il n'est plus volontaire, on doit respecter cette nouvelle décision. Deuxièmement, le prélèvement ne doit faire prendre aucun risque au donneur. Par exemple, un donneur atteint d'une allergie fréquente, grave, ne sera pas retenu comme donneur de moelle, car on lui ferait prendre un risque lors de l'anesthésie générale.

Publié le 05 Décembre 2005
Auteurs : Rédaction E-sante.fr