Don d’organe : dites-le à vos proches maintenant !

La plupart des Français sont favorables aux dons d’organes après leur mort. Or faute de ne pas avoir informé leurs proches, le don est le plus souvent refusé ! Quel dommage pour les 17.000 patients qui figurent encore sur la liste d’attente faute de greffon compatible disponible et dont la vie ne tient qu’à un fil…
© getty

Ne mettez pas vos proches dans une situation encore plus difficile…

Pour la première fois en 2012, plus de 5.000 greffes d’organes ont été réalisées, mais cette même année, 17.657 malades figuraient sur la liste d’attente. L’activité de greffes pourrait pourtant être augmentée si le nombre de donneurs était plus élevé, ce qui parait facile a priori mais ce qui est beaucoup plus compliqué en réalité. En effet, si la grande majorité des Français sont favorables au don d’organes après leur mort, à peine la moitié l’a fait savoir à ses proches. Or ce sont les proches qui, en cas d’accident et déjà effondrés par l’annonce du décès, devront se prononcer au nom du défunt. Ne connaissant le plus souvent pas la position de celui-ci, le don est généralement refusé…

La 13ème édition de la Journée nationale de réflexion sur le don d’organes et la greffe qui se déroulera le 22 juin 2013, est l’occasion pour l’Agence de la biomédecine d’inciter les Français à aborder ce sujet avec leurs proches afin de recueillir la position de chacun et de pouvoir témoigner.

Grâce à Facebook, le nombre de donneurs a explosé

Selon une étude américaine, en mai 2012, Facebook a ajouté une option permettant aux utilisateurs d’indiquer sur leur profil s’ils sont inscrits sur la liste des donneurs d’organes. Dès le 1er mai, 57.000 utilisateurs ont affiché leur statut de donneur d’organes sur leur profil. Parallèlement, 13.054 nouveaux donneurs américains se sont inscrits sur un registre sur Internet, multipliant par 21 en une seule journée le nombre de donneurs inscrits qui était jusque-là en moyenne de 616. Facebook se révèle ici un formidable « moteur de changement social »…

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Cameron AM et al., « Social Media and Organ Donor Registration: The Facebook Effect. », Am. J. Transplant., 2013 Jun 18. doi: 10.1111/ajt.12312.