Diabète : mon programme de suivi

Tout diabète nécessite une prise en charge reposant principalement sur des règles d'hygiène, notamment alimentaires. Avec ou sans traitement médicamenteux, le suivi est essentiel. Quelles sont les bases de ce suivi du diabète et quels sont les objectifs ?
PUB

Le diabète : introduction

Les personnes atteintes d'un diabète de type 2, également désigné par diabète gras ou non insulinodépendant, ont un organisme devenu résistant à l'insuline. C'est cette hormone qui régule le taux de sucre dans le sang. Résultat, le diabétique a trop de sucre dans le sang, ce qui à la longue (et en l'absence de traitement) peut provoquer des complications graves (vasculaires, rénales, rétinopathies...).

PUB
PUB

Autant dire qu'une prise en charge s'impose pour contrôler le diabète et qu'un bon suivi est impératif. Quelles sont les bases du suivi ?

Le suivi glycémique

Le contrôle de la glycémie (taux de sucre dans le sang) permet de retarder, voire de prévenir les complications dites micro-vasculaires et cardiovasculaires.

Le suivi repose sur le dosage de l'hémoglobine glyquée ou HbA1c, tous les 3 mois. Le taux optimal à maintenir est personnel, c'est-à-dire défini spécifiquement pour chaque diabétique, mais toujours inférieur à 7%. S'il n'est pas atteint, le traitement est ajusté. Pour un patient donné, le dosage de l'HbA1c doit être pratiqué dans le même laboratoire, pour permettre de comparer les résultats excessifs.

L'auto surveillance glycémique (on mesure soi-même sa glycémie à domicile) n'est recommandée que dans certains cas, par exemple pour définir la dose idéale d'un médicament ou sensibiliser le patient à l'intérêt du régime alimentaire et des exercices physiques réguliers.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 23 Novembre 2009 : 01h00
Mis à jour le Mercredi 21 Octobre 2015 : 12h22
Source : Recommandations de bonnes pratiques de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps).