Le diabète et ses particularités chez le sujet âgé

Le diabète est une maladie métabolique dont la fréquence augmente avec l'âge. Il touche 10% des plus de 65 ans, sous la forme principale d'un diabète dit “ gras ” ou de type II. Or cette maladie entrave la qualité de vie d'où l'intérêt de la prévenir ou d'en limiter les complications.
Publicité

Diagnostiquée par un taux de sucre dans le sang anormalement élevé (supérieur à 1,26g), cette affection détériore fortement la qualité de vie du senior. En effet, à âge égal, le diabète multiplie par 2 le risque d'hospitalisation, par 2 la nécessité d'aide à domicile, par 2 le nombre des consultations et par 3 le risque de souffrir d'autres maladies.

Les complications du diabète sont fréquentes : 8.000 diabétiques amputés chaque année, 12.000 infarctus, 4.000 cas d’insuffisance rénale terminale. Le risque de mortalité est quant à lui 1,45 fois plus élevé par rapport aux personnes non diabétiques.

De ce fait, il y a tout à gagner à prévenir l'apparition d'un diabète, ou le cas échéant, à en limiter les complications en suivant quelques recommandations.

Publicité
Publicité

Consommation excessive de graisses, de sucres et sédentarité : le diabète gagne presque à tous les coups…

Les facteurs de risque de cette maladie sont bien connus : une surcharge pondérale, des antécédents personnels ou familiaux, trop de triglycérides dans le sang (alimentation trop riche), un manque d'activité physique, l'âge ou encore l'hypertension. Pour autant, le diabète chez le sujet âgé est souvent découvert fortuitement à l'occasion d'une prise de sang ou lors d'une baisse de l'état général, d'une perte de poids, d'une chute ou d'une déshydratation.

Quelles sont les complications à craindre quand le diabète se déclenche, même tardivement ?

Le diabète correspond à une absence ou une insuffisance de sécrétion d'insuline par le pancréas. Cette substance régule la distribution du glucose en faisant entrer ce “ carburant ” dans les cellules. En cas de déficit en insuline, le sucre reste dans les vaisseaux, obligant les cellules à puiser dans les réserves. Ainsi, les complications du diabète sont sérieuses : schématiquement, trop de sucre dans le sang “ brûle les nerfs et bouche les artères ”. Lors d'un déséquilibre récent de la glycémie, on peut craindre une déshydratation (le trop plein de sucre, éliminé par les reins, emporte avec lui un bon volume d'eau), une dénutrition (les cellules puisent dans les réserves) ou un coma (le cerveau manque de sucre). Plus tard, et souvent après des années d'évolution, des troubles de la vue, de l'appareil circulatoire (risque d'infarctus ou d'accident vasculaire cérébral) et du système nerveux sensitif (atteinte grave au niveau des pieds) peuvent dégrader considérablement la qualité de vie.

Publié par Dr Stéphanie Lehmann, gérontologue le Lundi 31 Décembre 2001 : 01h00
Mis à jour le Mercredi 21 Octobre 2015 : 16h43