Deux fois plus de cancer de la peau chez les hôtesses de l’air

© Istock

Selon une étude publiée dans le célèbre JAMA, Journal of the American Medical Association, le risque de développer un mélanome, le cancer de la peau le plus dangereux, est multiplié par deux chez les personnels navigants des avions.

Plus que les autres, pilotes, hôtesses de l’air et stewards doivent examiner régulièrement leur peau.

PUB

En vol, l'exposition aux UV est plus intensive

Cette constatation est basée sur une analyse de la littérature ayant porté au total sur plus de 260.000 personnes. Ce risque de mélanome doublé chez les pilotes et le personnel à bord s’explique par une exposition accrue aux rayons ultraviolets. En effet, avec l’altitude, le rayonnement UV augmente (UVA). C’est ainsi que l’exposition en vol via le cockpit et les hublots à une altitude de 9000 m (habituelle pour les avions de ligne), est deux fois plus importante par rapport au sol. Les chercheurs indiquent également que le rayonnement UV est encore renforcé lors de vols au-dessus des nuages, lesquels renvoient jusqu’à 85 % des rayons UV, précisent-ils.

PUB
PUB

Au final, le risque de mélanome est en moyenne deux fois plus important parmi les pilotes, les hôtesses et les stewards que dans la population générale, et ce risque augmente proportionnément au nombre d’heures de vol totalisées.

Un conseil : examinez votre peau régulièrement

Outre la mise en place de mesures protectrices des personnels navigants dans les avions, cette étude doit inciter tout particulièrement les personnes à risque de cancer de la peau à examiner régulièrement leur peau à la recherche de toute tache ou grain de beauté qui se transforme en taille, couleur ou forme, et à consulter à la moindre évolution. Pour cela, il suffit de respecter la méthode ABCDE : Cancers de la peau : le dépistage selon les critères ABCDE.Et si vous ne deviez retenir que deux critères, ce serait : un grain de beauté qui devient asymétrique et qui change de couleur.

Et bien entendu, les pilotes et hôtesses de l’air qui travaillent sur les longs courriers et multiplient les escales tropicales doivent encore plus que les autres se protéger du soleil…

Publié par Rédaction E-sante.fr le Jeudi 04 Septembre 2014 : 15h18
Mis à jour le Jeudi 04 Septembre 2014 : 17h27
Source : Sanlorenzo M. et coll., JAMA Dermatology , September 03, 2014, doi:10.1001/jamadermatol.2014.1077, http://archderm.jamanetwork.com/article.aspx?articleid=1899248.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés