Des volontaires invités à l’hôtel pour attraper la grippe

© Adobe Stock

24 personnes seront payées pour rester à l'hôtel… et attraper la grippe. C'est, en effet, ce que prévoit un étonnant projet de recherche aux Etats-Unis.

PUB

Et si on vous payait pour un séjour à l'hôtel ? La proposition peut paraître surprenante, mais elle est alléchante. Aux Etats-Unis, 24 personnes triées sur le volet pourront toucher 3 500 dollars (3 963 euros) pour un séjour d'une dizaine de jours dans un ancien hôtel de la ville de Saint-Louis.

En compensation de cette généreuse indemnité, ces volontaires vont servir de cobayes… à un vaccin contre la grippe. En effet, l'université de Saint-Louis a converti le Water Tower Inn en centre de recherche haut de gamme. Surnommé, le temps de l'étude, Hotel Influenza.

En plus des chambres, salles de bain privées, télévisions et de l'Internet, la structure dispose d'un système d'aération qui empêchera toute particule de virus de sortirdu bâtiment. Des systèmes de doubles portes séparent également les lieux de vie des bureaux de recherche.

PUB
PUB

Pourquoi développer une telle infrastructure ? "Ce type d'études sur l'être humain sont un moyen d'obtenir un grand nombre d'informations rapidement, avec peu de volontaires, et à bien moindre coût qu'une étude vaccinale traditionnelle", explique dans un communiqué Daniel Hoft, qui coordonnera les travaux.

Tous les paramètres examinés

En temps normal, les projets de recherche consistent à vacciner les volontaires puis mesurer leur taux d'anticorps pour évaluer leur réaction. Cela prédit, en effet, l'ampleur de la réponse immunitaire face à un virus.

Mais dans ce type d'étude, "nous n'attendons pas que la nature fasse son travail", résume le scientifique américain. Après avoir vacciné les participants et les participantes avec le produit expérimental ou un placebo, l'équipe va les exposer au virus de la grippe, pour voir qui tombe malade ou non.

Pendant 10 jours, les hôtes seront donc examiné.e.s au peigne fin : écoulements nasaux, crachats, biologie sanguine, capacité respiratoire… tous les paramètres de leur santé seront analysés. Personne ne rentrera à la maison tant que deux résultats négatifs consécutifs n'auront pas été remis.

Si tout cela demande une rigueur absolue, ce protocole représente un gain de temps considérable pour les équipes qui recherchent un vaccin anti-grippal.

Publié par Audrey Vaugrente, journaliste santé le Mardi 12 Juin 2018 : 09h30
PUB
PUB

Contenus sponsorisés