Dépendance à l’alcool : Le Baclofène n’est plus hors la loi

Publié le 30 Avril 2012 | Mis à jour le 07 Mai 2012
Auteur(s) : Dr Philippe Presles
© getty

La dépendance à l’alcool peut enfin être soignée officiellement en France avec le Baclofène, ce médicament que le Dr Olivier Ameisen avait expérimenté avec succès sur lui-même dans cette indication. C’est une véritable première qui voit le combat de patients et de médecins être reconnu officiellement par l’AFSSAPS pour le nouvel usage d’un médicament.

PUB

Baclofène et dépendance à l’alcool : « Le dernier verre »

Souvenez-vous : la parution du livre du Dr Olivier Ameisen, "Le dernier verre", avait fait beaucoup parler d’elle en 2008 (Edition Denoël). Ce cardiologue courageux, victime d’une dépendance à l’alcool terrible, avait testé sur lui le Baclofène avec succès. Une fois guéri, il a publié plusieurs papiers scientifiques et ce livre, parutions qui lui valurent notamment de perdre son job de Professeur en cardiologie dans un hôpital américain. Du coup Olivier Ameisen s’engagea à fond dans ce nouveau combat : ne plus laisser les alcooliques seuls dans leur détresse, les considérer comme les victimes d’une dépendance à l’alcool, dépendance pour laquelle un médicament, le Baclofène, doit être essayé car il est souvent très efficace.

PUB
PUB

Le Baclofène : un combat collectif

Avec cette nouvelle démarche et ce médicament, l’alcoolismedevient une maladie comme une autre, la dépendance à l’alcool, avec une composante génétique probable et enfin un traitement de la cause disponible, le Baclofène.

Le combat du Dr Olivier Ameisen a été relayé par de nombreux patients et de nombreux médecins puisque 500 d’entre eux prescrivent à ce jour du Baclofène en France dans cette indication. Dans ce combat, il faut signaler celui du Pr Philippe Jaury qui a publié, le mois dernier, dans la revue Alcohol and Alcoholism, une étude évoquant un taux de succès de 58% avec le Baclofène.

Il faut signaler aussi l’appel en mars dernier du Pr Bernard Granger, psychiatre, chef de service à l’hôpital Tarnier à Paris, qui dans une lettre ouverte à l’AFSSAPS affirmait : « Il y a un moment où vos procédures doivent céder le pas à votre éthique de médecin. Des dizaines de malades meurent tous les mois parce que la prescription de Baclofène est découragée par vos services." (Le Pr Granger est également auteur du blog "La saga du Baclofène" sur books.fr).

Soumis par la Rédaction le
PUB
PUB

Contenus sponsorisés