Dans votre assiette : petits pois et pois gourmands

Certains disent que l'on en a toujours besoin chez soi. D'autres les associent à l'histoire de la génétique. En avoir un à la place du cerveau n'est pas bon signe. Mais leur principal inconvénient, quand ils ne sont pas dans une boîte ou surgelés, est l'obligation de les écosser. Les pois gourmands se préparent bien plus vite. Le mélange des deux, cuits avec une laitue, peut être un grand moment de bonheur. De plus tous ces pois ne sont pas sans qualités nutritionnelles.
PUB

Les petits pois font partie de l'histoire de la génétique. C'est en croisant des espèces différentes dans tous les sens que le moine Mendel établit, au 19e siècle, les lois fondamentales de la diffusion des gènes. Le pois potager, habituellement appelé "petit pois", est un des plus vieux légumes qui soit. On a retrouvé sa trace, datant de 9 à 10 000 ans, en Iran, en Palestine, en Grèce et dans les cités lacustres de l'âge de bronze. Il semble qu'il était alors plutôt consommé sec. Son nom latin "Pisum sativum" le prouverait puisque "pisere" signifie "casser", évoquant le fait de concasser les petits pois séchés. Le pois n'a été consommé frais qu'à partir du 17e siècle, en Italie puis dans les Pays-Bas. Il est arrivé ensuite en France. Sa culture s'est rapidement développée surtout dans la région parisienne, du côté de Clamart et de Saint-Germain. D'où les noms accolés à certaines préparations culinaires : potage Saint Germain (à base de pois cassés), artichauts Clamart (fonds d'artichauts et petits pois). Il y avait déjà quelques dizaines de variétés au 16e siècle. En 1925, on en a recensé 360. Il en existe maintenant 129.

Pois gourmands et petits pois sont de la même famille. Mais le pois à écosser est beaucoup plus répandu que le pois mange-tout. Dès la Renaissance, on consommait les gousses de jeunes pois avec leurs graines. Les "Peas without skin in the cod" ainsi appelés en Angleterre au 16e siècle devinrent les pois mange-tout puis les pois gourmands.La cosse de petits pois possède un "parchemin", sorte de voile rigide qui rend la cosse inconsommable. Les mange-tout n'en ont pas. Les pois gourmands sont généralement semés entre Mars et Juin pour une récolte qui s'étale de Juin à Septembre. Cueillis avant leur maturité, ils sont ainsi plus tendres. La saison des pois à écosser est courte : elle démarre en Avril et se poursuit jusqu'en Juillet.

PUB
PUB

Les petits pois sont plus riches en glucides que les autres légumes. Ils en contiennent 12 % au lieu des 5 à 7 % habituels. Ce ne sont pas des féculents pour autant. Il fut un temps où, à cause de cette richesse, on en privait les diabétiques. Les progrès de la diététique ont heureusement effacé cet injuste oukase. Ils contiennent beaucoup de fibres : 6 % environ, ce qui est tout bénéfice pour le tube digestif et l'équilibre nutritionnel. De plus, c'est un des légumes les plus riches en protéines : 6 % également. Ils contiennent aussi des minéraux et des oligo-éléments, dont 1,8 mg de fer en moyenne. Crus, ils renferment environ 30 mg de vitamine C pour 100 g, ce qui n'est pas mal. Ils en perdent un peu à la cuisson (d'où l'intérêt de ne pas la prolonger). Il y a aussi des carotènes et des vitamines du groupe B.C'est pourquoi une assiette de petits pois est vraiment nourrissante ! Les pois gourmands sont moins riches en glucides et tout aussi riches en fibres.

Bons pour tout le monde ?

Oui, sauf pour les bébés dans les premiers temps de leur diversification alimentaire. Leur tube digestif n'est pas encore équipé pour digérer sans dommage autant de fibres. Néanmoins, si l'on a un colon capricieux qui s'énerve facilement, il est plus prudent de ne pas en manger une trop grosse quantité qui pourrait se traduire par des flatulences désagréables.

Comment les utiliser

Un petit pois à écosser doit avoir une gousse brillante, bien verte, bien gonflée, bien ferme. Elle doit s'ouvrir facilement. Le grain doit être croquant et légèrement sucré. Il ne faut pas acheter ceux dont les gousses sont jaunasses : ces légumes ne sont plus frais. Il en faut environ 350 g par personne (poids à l'achat) pour un plat de ce légume. Quant aux pois gourmands, ils se doivent d'être bien verts, légèrement irisés, bien plats et de petite taille. Trop gros, ils ont des fils. La pointe et le pédoncule ne doivent pas être secs. 150 à 200 g par personne, c'est ce que l'on compte habituellement pour une garniture ou un plat unique. Pour une jardinière, comptez 75 à 100 g par personne. Les uns et les autres se gardent au moins 48 heures dans le bas du réfrigérateur. Les petits pois très jeunes et très tendres peuvent se consommer crus, à l'apéritif ou en entrée, dans une salade. Ils s'ajoutent aussi, tels quels, dans une soupe.Sinon, ils se cuisent peu de temps à la vapeur ou au micro-ondes. Ils supportent d'être aussi simplement cuisinés avec juste des herbes ciselées et une noix de beurre frais ajoutées à la fin. Ils se préparent aussi cuits à l'étouffée : dans un peu d'eau salée avec des oignons blancs, un cœur de laitue, ou bien des poivrades coupées en morceaux ou encore de petites carottes nouvelles. Il n'est même pas obligatoire d'ajouter du beurre. Mais si l'on en rajoute, mieux vaut alors du beurre salé, ils n'en seront que plus délicieux. On peut aussi les cuire avec un bouquet de menthe. Quant aux pois gourmands, le choix des cuissons existe : à la vapeur (8 min environ) ou à l'étuvée avec petits oignons, laitue (10 à 15 min). Ou encore à la poêle : 4 à 5 minutes dans un peu d'huile d'olive bien chaude, seuls ou avec d'autres légumes.

Publié le 10 Juin 2002
Auteur(s) : Paule Neyrat, Diététicienne