Conseils pour que le pique-nique ne tourne pas au vinaigre

Publié le 14 Avril 2009 à 2h00 par Dr Philippe Presles
Avec le retour des beaux jours, on se sent des envies de dimanches champêtres ! Pour que cette belle journée ne tourne pas au vinaigre, quelques précautions s'imposent...
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Pique-nique : comment prévenir les mauvaises surprises ?

Se mettre au vert, c'est un bon moyen de se ressourcer et de souffler. Mais il y a parfois de mauvaises surprises !

Repas "toxique"

Aux heures les plus chaudes de la journée, ce n'est pas votre malheureuse glacière qui va empêcher une rupture de la chaîne du froid. Si vous avez pris des aliments à risques (charcuterie, volaille, viande, laitage, etc.), la flore microbienne qui entre dans leur composition va proliférer.

Votre 'pique-nique' risque alors de tourner à la 'gastro partie'. Au programme : dans les heures qui suivent votre pique-nique, toute la famille se retrouve avec des maux de tête, des diarrhées, des douleurs abdominales, une fièvre et des vomissements !

La solution pour pique-niquer sans risquer une intoxication alimentaire :

  • Prenez seulement des aliments peu sensibles à la chaleur comme un sandwich à la tomate et au thon (sans beurre) ou une salade de riz, de tomates et de sardines à l'huile avec un fruit comme dessert.
  • De plus, pour éviter la déshydratation (un autre risque quand on s'expose à la chaleur), pensez tous à boire de l'eau à peu près toutes les demi-heures….

Herbe "sensible"

Si vous vous allongez directement sur certaines plantes (herbe, boutons d'or, géranium, persil, fenouil, etc.), vous aurez certes la sensation d'être à la campagne, mais vous risquez la dermite des prés ! C'est dû au fait que ces plantes libèrent une substance activée par les ultraviolets. Dans les 24 à 48 heures qui suivent, vous voilà avec une éruption de petites vésicules rouges. C'est très douloureux et plusieurs jours sont nécessaires avant que tout ne rentre dans l'ordre.

La prescription d'une crème corticoïde est souvent utile mais la dermite des prés a tendance à récidiver lors des expositions suivantes.

La solution pour prévenir la dermite des prés

  • Pour éviter pareille aventure, le mieux est encore de porter des vêtements longs et
  • de vous asseoir sur une serviette ou sur une chaise de camping.

Guêpes alléchées

Elles résistent rarement à l'appel de la viande et font partie des plus virulentes. Si elles se sentent menacées (un comble !), elles n'hésitent pas à piquer.

La solution pour prévenir les piqures de guêpes

  • Prévoyez un bon répulsif pour le cas où des guêpes auraient décidé de partager votre pique-nique.
  • Pour ne pas les exciter, évitez les couleurs vives et restez calme à leur approche.
  • Sinon, vous en serez quitte pour un bouton très douloureux, à soulager en utilisant le plus vite possible une source de chaleur (leur venin est alors détruit)
  • De retour, il n'y a plus qu'à désinfecter.

Acariens envahissants

Il y en a de toutes les tailles dans les herbes. Version microscopique, ce sont les aoûtats. Friands de pelouses ombragées et humides, vous risquez d'être pris pour cible par leurs larves, car elles ont besoin de sang pour grandir.

Après une attaque, la peau est le siège de boutons boursouflés et rougeâtres, puis le lendemain, ça gratte intensément et pendant plusieurs jours.

Quant aux tiques, d'une taille nettement plus imposante, elles s'accrochent au premier venu : le plus souvent, c'est un chien, mais parfois, c'est un humain !

Ce sont de loin les plus dangereuses, car elles transmettent parfois des bactéries à l'origine de maladies infectieuses : la maladie de Lyme est source de troubles articulaires, neurologiques et cardiaques et la rickettsiose, de fièvre, maux de tête, éruption cutanée, voire d'une septicémie.

La solution contre les acariens

  • Contre une attaque en règle par tous ces acariens, rien ne vaut des vêtements longs et une serviette.
  • Mais s'il est déjà trop tard, une crème anti-histaminique calme le jeu, pour ce qui est des aoûtats.
  • Ca ne suffit pas si on découvre une tique. Il faut la retirer avec un crochet spécial vendu en pharmacie, sans l'endormir au préalable comme on l'a longtemps cru, sous peine de favoriser la libération de ses sucs et de leurs germes.
  • Il faut toujours désinfecter et consulter au moindre signe suspect : les infections bactériennes qu'elles transmettent guérissent avec des antibiotiques, mais encore faut-il les prendre assez tôt…