Comment votre chat perçoit-il le monde qui l'entoure ?

Toujours en éveil, votre chat ne perçoit pas l'environnement de la même manière que vous. En prendre conscience permet de le comprendre encore un peu mieux. L'odorat et la vision nocturne de ce redoutable chasseur sont notamment bien meilleurs que les nôtres…
Publicité

Vision nocturne

Pour pouvoir attraper ses proies, le chat visualise particulièrement bien les objets en mouvement et ceci plus nettement que les objets statiques. De plus, les moments privilégiés pour la chasse se déroulent au crépuscule : l'oeil du chat est dès lors doté de nombreuses structures appelées « bâtonnets » et d'une membrane se situant au fond de l'oeil. C'est elle qui est responsable de l'aspect brillant des yeux du chat lorsqu'il se trouve dans l'obscurité. Ces différents équipements permettent au chat de capter la moindre source de lumière lui assurant une vision dans l'obscurité bien supérieure à la nôtre. De surcroît, son champ de vision est aussi plus grand que le nôtre mais par contre, il semblerait que la distinction des nuances de couleurs soit moins performante que celle des humains.

Publicité
Publicité

Un nez pour communiquer

Plus développé que le nôtre, l'odorat de nos chats est un acteur principal dans leur vie sociale et dans le choix de leurs aliments. Le chat est infaillible lorsqu'il s'agit de reconnaître une nourriture avariée. Il « mange avec son nez », à tel point que lorsque celui-ci lui fait défaut, il cesse en général de s'alimenter ! En outre, la communication entre chats passe principalement par l'olfaction : les phéromones déposées via l'urine ou les glandes sébacées de la peau leur permettent de distinguer notamment un territoire ou un partenaire pour la reproduction.

Enfin, comme le cheval, le chat est doté d'un véritable analyseur d'odeurs appelé « organe de Jacobson » et situé à proximité des cavités nasales. Il y concentre l'odeur intéressante puis garde la bouche légèrement entrouverte lors de l'analyse de cet échantillon olfactif.

 
Publié par Anne Pensis, vétérinaire le Vendredi 04 Août 2006 : 02h00