Comment tirer le meilleur bénéfice d'un traitement contre l'asthme ?
Publié le 07 Août 1999 par

Le traitement préventif des crises

PUB

Encore appelé "traitement de fond de l'asthme", il dépend de la fréquence et de la gravité des crises.

PUB
  • Asthme léger, intermittent : pas de symptôme ni de gêne plus de trois fois par semaine, ou deux nuits par mois. Si les crises sont légères, il suffit souvent de traiter chaque crise (voir paragraphe précédent) : aucun traitement continu n'est indispensable. C'est un cas fréquent.
  • Asthme léger persistant : les symptômes sont plus fréquents. Le médecin propose en général un aérosol anti-inflammatoire (une cromone ou un dérivé de la cortisone) à prendre régulièrement, deux fois par jour. Attention, alors que les aérosols de bêta-2-mimétiques soulagent immédiatement et de manière spectaculaire, l'effet des aérosols anti-inflammatoires est impossible à ressentir sur le moment. Ce n'est qu'en les utilisant régulièrement depuis plusieurs jours qu'on peut commencer à constater une diminution de la fréquence et de la gravité des crises. Il faut donc être persévérant pour profiter de l'effet remarquable de ces médicaments. Dans certains cas, le médecin peut recommander un médicament de la famille des théophyllines, à avaler le soir, pour éviter les crises nocturnes.
  • Asthmes plus gênants : le médecin augmente les doses, ou emploie des médicaments plus puissants. En dernier recours, et pour des périodes aussi brèves que possible, il peut vous prescrire des dérivés de la cortisone à avaler.

Dans tous les cas, dès que les symptômes se sont améliorés depuis quelques mois, on doit chercher à diminuer le traitement. L'essentiel, pour le patient est d'être... patient, et de bien prendre tous ces médicaments, même s'il ne ressent pas d'effet immédiat. Les seuls moyens de vérifier l'efficacité du traitement sont de noter régulièrement les dates des crises et leur gravité, pour voir l'évolution dans le temps, et de tester sa respiration à l'aide d'un petit appareil appelé "débit-mètre de pointe", qui permet de mesurer la vitesse maximale de l'air au moment où on souffle.

Source : "Traiter une crise d'asthme" Prescrire 1996 ; 16 (162) : 388-393. "Traitement au long cours de l'asthme" Prescrire 1993 ; 13 (133) : 539-524. Andem "Asthme : critères de gravité, aspects diagnostiques et thérapeutiques". In "Recommandations et références médicales" Concours médical 1996 ; (41, suppl 4) : 3-17. "Antiasthmatiques" In "GNP - Encyclopédie pratique du médicament 1999" Vidal éd. Paris 1998 : 1185-1208.