Comment réduire son risque de cancer du sein ?

Les données s'accumulent concernant la prévention du cancer du sein. Dans le domaine de la nutrition et de l'hygiène de vie, quels sont les meilleurs conseils ?
Publicité

Les éléments favorisant le cancer du sein

L'alcool

L'alcool est un facteur de risque à tous les âges.

Il est réel dès le premier verre, puis augmente avec la dose pour atteindre par exemple 30 % avec trois verres d'alcool par jour.

On peut retenir également qu'à partir de 10 g d'alcool par jour (quantité d'alcool contenue dans un verre standard), le risque de cancer du sein augmente de 10 % par verre supplémentaire.

Le tabac

Le tabac est un cancérigène notoire à éviter absolument ! À tout âge, à tout moment arrêter de fumer sera bénéfique.

Protégez-vous également des substances polluantes environnementales et notamment des perturbateurs endocriniens qui sont présents à l’extérieur (gaz d’échappement, pesticides…), à l’intérieur (COV, phtalates, bisphénol A…) et que l’on retrouve aussi dans les aliments (métaux lourds…).

L'excès de poids

L'excès de poids constitue un facteur de risque de cancer chez les femmes ménopausées.

La masse grasse notamment affecte certaines substances et hormones impliquées dans le risque de cancer du sein. Les cellules graisseuses tendent aussi à favoriser les réactions inflammatoires qui peuvent intervenir dans l'initiation et la progression des cancers.

Publicité
Publicité

Au final, comme tous les kilos pris sont difficiles à perdre, il est recommandé de veiller à ne pas en prendre tout au long de sa vie, afin notamment d'aborder la ménopause dans les meilleures conditions.

L'alimentation

Les acides gras "trans" (trans hydrogénés), utilisés par l'industrie agroalimentaire, sont associés à une augmentation du risque de cancer du sein. En conséquence, il est recommandé de revenir à une cuisine "maison", conçue à partir d'aliments de base, et de limiter les produits industriels.

La pollution et le bisphénol A

La pollution et l'exposition à certains polluants comme le bisphénol A (perturbateur endocrinien) sont susceptibles d'exercer des effets cancérogènes. Pour s'en protéger : fuir les endroits pollués, lire les étiquettes, recourir aux nombreux produits bio (alimentation, produits ménagers, etc.).

Les éléments qui protègent du cancer du sein

L'activité physique

À tout âge, l'activité physique protège du cancer du sein.

Par exemple, on sait qu'après la ménopause, la réduction du risque peut être très importante, pouvant aller jusqu'à 30 à 40 %.

À noter que l’activité physique régulière est aussi recommandée pendant un traitement contre le cancer et après, en prévention d’une rechute…

L'alimentation

Il n'existe pas d'étude affirmant que tel ou tel aliment permet de prévenir le cancer du sein.

Il est conseillé d'éviter de recourir aux compléments alimentaires (sauf prescription de son médecin). En revanche, on recommande de couvrir ses besoins nutritionnels avec une alimentation équilibrée et diversifiée. Une telle alimentation a aussi l'avantage de contribuer à maintenir un poids stable.

Au sein de l'alimentation anticancer, le thé vert occupe une place d'excellence car c'est l'aliment qui contient le plus de molécules anticancéreuses. Pour en savoir plus, lire sur e-sante.fr, Le thé vert : l'anti-cancer par excellence.

Enfin, les oméga-3, ces fameux acides gras polyinsaturés bons pour le système cardiovasculaire, exercent aussi un effet préventif sur les cancers en général : mangez du poisson deux fois par semaine.

Le plein de vitamine D

La vitamine D jouerait un rôle préventif vis-à-vis du cancer du sein. En effet, la carence en vitamine D a été associée à un risque accru de cancer du sein.

L'allaitement

L'allaitement est un facteur protecteur du cancer du sein.

 
Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 19 Janvier 2009 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 15 Octobre 2015 : 17h23
Source : Actes du colloque, Sénat, 3 octobre 2008, Nutrition et prévention du cancer du sein, Les comités féminins pour la prévention et le dépistage des cancers.