Un coeur sans pulsation cardiaque

Publié le 22 Janvier 2007 à 1h00 par Dr Philippe Presles
Un Québécois de 65 ans atteint d'une insuffisance cardiaque grave est désormais en pleine forme, non pas grâce à une greffe cardiaque, mais grâce à une pompe mécanique. Cet appareil, alimenté par des piles, favorise le flux sanguin en continu. Il s'agit donc d'un coeur artificiel totalement dénué de pulsation !
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Un coeur silencieux

Le 23 novembre, les médecins du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) ont transplanté le « Heartmate II », le plus petit coeur mécanique artificiel qui existe.

Alimenté par des piles rechargeables, cet appareil a une durée de vie de dix ans. Actionné par une turbine, il favorise la circulation sanguine comme le ferait un coeur normal, mais il est dénué de battements.

M. Langevin, bénéficiaire de cette greffe très particulière, n'a donc pas de pouls. Le flux sanguin est activé en continu, sans pulsation et en silence !

Une alternative à la transplantation cardiaque

Pour l'histoire, cette personne souffrait d'une insuffisance cardiaque en phase terminale, depuis la survenue d'une crise cardiaque en juillet dernier. Mauvais candidat à une transplantation cardiaque pour diverses raisons, le coeur artificiel s'est révélé la meilleure alternative pour tenter d'offrir à ce malade des années de vie supplémentaires.

La transplantation est définitive

Cette nouvelle génération de coeur artificiel est la première solution de remplacement à long terme et définitive, de la transplantation cardiaque. En effet, avant de disposer de ce type d'appareil, les coeurs artificiels étaient utilisés de façon ponctuelle en attente d'une greffe.

Et comme les greffons cardiaques compatibles avec les besoins sont insuffisants, cette technique a beaucoup d'avenir grâce à sa durée de vie beaucoup plus longue que celles des coeurs artificiels antérieurs.

Quelques implantations du Heartmate II ont déjà eu lieu aux États-Unis, mais au Canada, il s'agit de la première personne qui en bénéficie.

Source : Communiqué de presse du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) du 13 décembre 2006, www.cusm.ca.