Certains collyres sont toxiques chez les jeunes enfants

© getty

Les collyres mydriatiques, ou gouttes pour les yeux utilisées pour dilater la pupille lors d’examens ophtalmologiques, peuvent se révéler toxiques chez les jeunes enfants.

En effet, chez les moins de 8 ans, l’instillation de tels collyres peut entraîner de graves effets indésirables si une grande partie du produit passe dans la circulation sanguine.

L’Agence nationale de sécurité du médicament (Ansm) alerte les personnes concernées (professionnels de santé et parents) et divulgue ses recommandations.

PUB

Collyres mydriatiques : un risque d’accident chez les jeunes enfants

Les collyres mydriatiques utilisés en pédiatrie font l’objet d’une surveillance spécifique depuis quelques années en raison de potentiels effets secondaires graves, voire mortels.

L’Ansm a répertorié un total de quarante cas graves en France, dont trois décès (le dernier étant survenu en 2011). Il s’agit principalement de problèmes digestifs, de troubles neuropsychiatriques et de troubles de la régulation thermique, survenant lorsqu’une quantité importante du collyre rejoint la circulation sanguine.

PUB
PUB

En conséquence, la phényléphrine collyre 10 % a déjà été contre-indiquée chez l’enfant de moins de 12 ans et l’atropine collyre à 1 % est réservée aux adultes et aux adolescents de plus de 12 ans.

Instillation des collyres mydriatiques : les recommandations

Parallèlement, l’Agence divulgue les règles de bonnes pratiques :

  • Chez le prématuré et le nouveau-né, adopter une grande prudence lors de l’administration des collyres mydriatiques.
  • Chez tous les enfants, ne jamais dépasser la posologie recommandée (une seule goutte par œil, tout en respectant le délai entre deux instillations). Attention, certains parents ont tendance à multiplier les gouttes s’ils ne constatent pas rapidement la dilatation espérée, notamment chez les enfants aux yeux foncés. Une telle pratique est vivement déconseillée !
  • Appuyer sur l’angle interne de l’œil pendant une minute pour boucher les points lacrymaux.
  • Essuyer la joue de l’enfant si une partie du collyre s’y est écoulée.

L’agence ajoute que les personnes âgées souffrant de maladies cardiovasculaires doivent aussi se montrer prudentes en raison des effets vasoconstricteurs de ces collyres.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Vendredi 23 Novembre 2012 : 14h22
Mis à jour le Jeudi 03 Janvier 2013 : 15h26
Source : Point d’information de lAgence nationale de sécurité du médicament (Ansm), 20 novembre 2012.
PUB
PUB
PUB

Contenus sponsorisés