La canneberge contre les cystites : oui, mais…

L'efficacité de la canneberge contre les infections urinaires, ou cystites, n'a pas encore été démontrée scientifiquement au-delà de tout doute, mais les médecins sont enthousiastes. A un détail près : toutes les manières de consommer de la canneberge ne sont pas égales…

Comment la canneberge lutte-t-elle contre les infections urinaires ?

Selon les études qui ont été faites jusqu'à présent, l'effet de la canneberge est tout simplement mécanique. Ce petit fruit – et même une espèce de ce fruit, vaccinium macrocarpon – contient des antioxydants particuliers, appelés proanthocyanidines. Ces éléments vont venir se coller aux bactéries les plus souvent en cause dans les infections bactériennes, les escherichia coli. Ces bactéries se servent en général de filaments pour s'accrocher au tissu qui recouvre notre vessie, ce qui leur permet de déclencher l'infection. Les proanthocyanidines (PAC) empêchent ces tentacules de fonctionner, et nous protègent ainsi de l'infection urinaire.

Canneberge ou médicaments ?

Dans la mesure où l'on manque de preuves scientifiques inébranlables sur l'efficacité des cannebergescontre les infections urinaires, pourquoi les médecins sont-ils prêts à les recommander ? Essentiellement, pour une question de tolérance. En effet, les solutions prouvées que nous avons contre les infections urinaires sont des antibiotiques. Or ceux-ci entraînent, comme chacun sait, des résistances : les bactéries apprennent, au fil des générations, à s'en protéger. Et tout autour du monde, les bactéries qui sont sensibles aux antibiotiques sont en voie de disparition… Pour les médecins, l'espoir de pouvoir utiliser les canneberges, dont l'effet n'est pas susceptible d'entraîner une résistance, est donc très encourageant.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Pr Amy Howell, Urell Persconferentie, maart 2011 ; Barbosa-Cesnik C., Clinical Infectious Diseases, janvier 2011.