Cancer du sein : attention aux kilos !

Les données sont concordantes. Tandis qu'une étude suédoise démontre que les femmes anorexiques présentent peu de risque de développer un cancer du sein, une analyse américaine constate que ce risque s'élève progressivement avec la prise de poids.
Publicité

Chez l'animal, la restriction calorique augmente la durée de vie et réduit la survenue de tumeurs. Afin de vérifier cette constatation chez l'homme, les données portant sur 7.300 patientes hospitalisées pour anorexie mentale entre 1965 et 1998, ont été analysées.Comparées à la population générale, ces femmes ont un risque de cancer du sein réduit en moyenne de 53%. Parallèlement, cette diminution du risque de tumeur varie fortement avec le fait d'avoir mené ou non une grossesse : l'incidence du cancer du sein chute de 23% chez les nullipares et de 76% chez les femmes ayant eu au moins une grossesse.

Publicité
Publicité

La restriction calorique semble donc conférer une protection contre le cancer du sein. Et si celle-ci a lieu avant une grossesse, la réduction du risque est encore plus importante. Ce faible apport énergétique pourrait agir directement sur le développement des cellules mammaires ou indirectement, en influençant le niveau hormonal (oestrogènes).

Le phénomène inverse est également démontré : une prise de poids importante constitue un facteur de risque du cancer du sein. Ainsi, les femmes qui prennent entre 9 et 13 kilos après l'âge de 18 ans, ont risque accru de 40%, par rapport à celles qui ne prennent que 2 kilos. La masse graisseuse contribuerait à accroître ce risque en augmentant les taux d'oestrogènes.

La prise de poids fait donc bien partie des facteurs de risque du cancer du sein. Il est important de maintenir un poids normal tout au long de sa vie et de minimiser l'excès pondéral à la ménopause.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 21 Avril 2004 : 02h00
Source : Michels K., JAMA, 291 : 1226-1230, 2004 ; Cancer Epidemiology, Biomarkers, février 2004.