Cancer Édition 2015 : il y a une vie après le cancer

L'Institut national du cancer (INCa) vient du publier les chiffres 2015 du cancer. Bonne nouvelle, le nombre de personnes touchées par le cancer continue à baisser ou à se stabiliser. Quant à la mortalité, elle baisse également. Autrement dit, moins de malades du cancer, moins de décès et une plus longue espérance de vie après cancer.

PUB

Le cancer : moins de malades, moins de décès

Selon le 8e rapport de l’INCa sur les cancers en France, 385.000 nouveaux cas de cancers ont été estimés en 2015 en France métropolitaine :

  • 211.000 chez l’homme, majoritairement des cancers de la prostate, du poumon et du côlon-rectum (âge moyen au diagnostic : 68 ans).
  • 174.000 chez la femme, majoritairement des cancers du sein, loin devant ceux du côlon-rectum et du poumon (âge moyen au diagnostic : 67 ans).

Cette incidence est en baisse de 1,3 % par an depuis 2005 chez l’homme et est principalement due à une diminution des cas de cancer de la prostate. Chez la femme, l’incidence se stabilise avec un ralentissement de la progression de 0,2 % par an depuis 2002, un phénomène lié à une baisse des cas de cancer du sein.

Côté mortalité, avec 149.500 décès (84.100 chez l’homme et 65.400 chez la femme), elle est en baisse tant chez les hommes que chez les femmes, de respectivement 1,5 % par an et de 1 %. Chez l’homme, le cancer du poumon reste le plus meurtrier (suivi du côlon-rectum puis de la prostate). Chez la femme, la mortalité par cancer du sein est la plus élevée, suivie par celle du poumon et du côlon-rectum.

PUB
PUB

3 millions de survivants au cancer

Ce rapport nous apprend également que pas moins de 3 millions de personnes ont survécu à un cancer (1.570.000 hommes et 1.412.000 femmes). Mais encore :

  • 43.000 patients sont actuellement inclus dans un essai clinique en cancérologie (+ 97 % par rapport à 2008).
  • 1,147 million de personnes ont été hospitalisées en lien avec le diagnostic, le traitement ou la surveillance d’un cancer en 2014 (+ 5 % par rapport à 2010).
  • 437.093 patients ont bénéficié d’une chirurgie du cancer en 2014.
  • 198.168 patients ont été traités par radiothérapie.
  • L’activité de cancérologie représente près d’un quart de l’activité hospitalière globale en court séjour (23% en ambulatoire).
  • La prise en charge des cancers représente près de 5,349 milliards d’euros de dépenses, dont 1,597 milliard d’euros pour les seules molécules anticancéreuses.

L’après-cancer

La situation professionnelle des personnes avec un cancer s’est dégradée considérablement deux ans après le diagnostic : le taux d’emploi est passé de 82 % à 61,3 % et le taux de chômage de 7 % à 11 %.

3 personnes sur 5 déclarent avoir conservé des séquelles deux ans après un diagnostic de cancer.

Tabac : premier facteur de risque évitable de mortalité par cancer, responsable de 47.000 décès par an, soit 30 % de la mortalité par cancer.

Alcool : deuxième cause de mortalité évitable par cancer, avec 15.000 décès par an.

Mots-clés : Le cancer
Publié le 28 Avril 2016 | Mis à jour le 28 Avril 2016
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : Institut national du cancer (INCa), Les cancers en France, Edition 2015.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés