Cancer du col de l'utérus : chirurgie et fertilité ne s'opposent plus !

Auparavant, les femmes présentant certaines lésions pré-cancéreuses au niveau du col de l'utérus étaient traitées chirurgicalement par hystérectomie. Il s'agit d'une ablation totale de la glande, laquelle conduit à une infertilité. Aujourd'hui, une nouvelle technique consistant en une ablation partielle du col de l'utérus et permettant donc de préserver la fertilité est en train de se développer.
Publicité

Cette nouvelle technique chirurgicale qui permet de conserver la fertilité ne s'applique pas à tous les types de lésions cancéreuses. Son indication est notamment limitée aux lésions débutantes, dont la profondeur de la tumeur ne dépasse pas 3 millimètres pour une extension inférieure à 7 millimètres. Cependant, il s'agit d'une réelle avancée thérapeutique.

Une méconnaissance évidente !

Chaque année en France, 1.600 femmes décèdent d'un cancer du col de l'utérus et plus de 3.000 nouveaux cas sont diagnostiqués. Plus de 10% des Françaises n'ont jamais eu recours au dépistage de ce cancer. Globalement, il existe une méconnaissance prononcée de cette affection ainsi qu'une insuffisance de son dépistage. Selon une enquête, 80% des femmes avouent ne pas en connaître les causes, 83% n'ont jamais entendu parler du papillomavirus qui est à l'origine de ce cancer et 93% ne savent pas que ce cancer est causé par le papillomavirus (un virus sexuellement transmissible). Pour finir, 96% des Françaises n'en ont jamais parlé avec leur médecin.Il est aujourd'hui urgent d'informer et de dépister. Sachez que plus la tumeur est détectée précocement, plus la prise en charge est efficace. Dès l'âge de 20 ans, il est indispensable de consulter un gynécologue tous les ans et de pratiquer un frottis cervico-vaginal tous les deux ou trois ans.

Publicité
Publicité
 
Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 19 Novembre 2001 : 01h00