Cancer : la chimiothérapie, un traitement de plus en plus fréquent

Publié par Hopital.fr le Vendredi 15 Octobre 2010 : 16h25
Mis à jour le Mardi 19 Octobre 2010 : 10h19

L’Institut national du cancer (INCa) dresse un état des lieux de la chimiothérapie en 2010 dans une publication récente. En voici les grandes lignes.

© Fotolia
PUB

Des malades traités pour cancer sont de plus en plus nombreux

Le nombre de personnes traitées pour un cancer a augmenté ces dernières années : de 320 000 en 2005, il est passé à 358 000 en 2010, soit une hausse de 12 %.

En parallèle, la mortalité par cancer a fortement baissé, diminuant de 16 % chez les hommes et de 8 % chez les femmes en 10 ans. Cette baisse s’explique à la fois par une amélioration de l’accès à un diagnostic précoce et par des progrès dans les soins apportés aux malades.

PUB
PUB

Une forte augmentation du nombre de chimiothérapies

Les indications thérapeutiques de la chimiothérapie se sont élargies ces dernières années, et plus de 270 000 patients ont été traités par chimiothérapie en 2009, soit 24 % de plus qu’en 2004. Ce développement a été favorisé par le dynamisme de la recherche clinique dans le domaine : entre 2004 et 2010, 30 nouvelles molécules ont été autorisées en cancérologie.

Les cancersles plus traités par chimiothérapie sont les cancers digestifs (28 %), les cancers du sein (19,5 %), les néoplasies hématologiques, les cancers du poumon et les cancers gynécologiques.

Publié par Hopital.fr le Vendredi 15 Octobre 2010 : 16h25
Mis à jour le Mardi 19 Octobre 2010 : 10h19
PUB
PUB
A lire aussi
État des lieux du tabagisme et de la prise en charge de l’arrêt du tabacPublié le 13/04/2012 - 09h52

Pour la 8e année, l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) publie son « tableau de bord tabac » annuel qui permet de suivre l’évolution (d’une partie) du phénomène du tabagisme en France. L’année 2011 est marquée par une tendance à la réduction du...

L’hôpital sauve des vies et en gâche aussi beaucoup tropPublié le 03/12/2010 - 11h03

Se faire hospitaliser n’est pas anodin. Le risque d’être victime d’un événement indésirable grave est de l’ordre de 1 %. Neuf cents Français sont ainsi gravement affectés quotidiennement et trois en meurent chaque jour. Cela équivaut à un gros accident d’avion tous les trimestres....

La moitié des IVG sont désormais médicamenteusesPublié le 18/01/2010 - 00h00

Si le nombre d'IVG reste stable en France depuis le début des années 2000, la proportion d'IVG médicamenteuses a fortement progressé et représente à présent la moitié des IVG pratiquées, indique la Drees (Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques,...

Plus d'articles