Les cabines à bronzer augmentent de 20% le risque de mélanome

Les UV artificiels en cabine contribuent-ils, à l’instar de ceux délivrés naturellement par le soleil, au développement des cancers de la peau ?Selon cette nouvelle étude, la réponse est clairement oui : le bronzage artificiel en cabine est responsable d’environ 800 morts par an en Europe.
© Istock

Les UV en cabine augmentent de 20% le risque de cancer de la peau

Il s’agit d’une étude menée conjointement par l'International prevention research institute (Ipri) de Lyon et l'European institute of oncology (IEO) de Milan, qui fait la synthèse de 27 publications européennes et dont voici les principaux résultats.

  • Les UV délivrés en cabine sont responsables de 5,4% des mélanomesdiagnostiqués en Europe (les cancers de la peau les plus graves).
  • 800 décès par an en Europe sont en relation directe avec la fréquentation des cabines à UV.
  • Le risque de développer un cancer de la peau est augmenté de 20% chez les utilisateurs de cabines à UV.
  • Mais l’usage des cabines à bronzer avant l’âge de 35 ans double le risque de développer un mélanome.

Cancer de la peau : la prévention avant tout

En mai 2012, le Bulletin épidémiologique hebdomadaire estimait entre 19 et 76 le nombre de décès attribuables aux cabines de bronzage en France.

Faudrait-il interdire en Europe les cabines à bronzer, comme au Brésil (depuis novembre 2009) ?

Pour l’instant, les autorités françaises ne parlent que d’un renforcement de la réglementation des cabines à UV.

Mais vous, n’attendez pas pour faire de la prévention : pour prévenir les cancers de la peau, limitez vos expositions au soleil et boycottez les cabines à UV.

Parallèlement, surveillez régulièrement votre peau à la recherche d’un grain de beauté ou d’une tache qui change (taille, couleur, contour…) !

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : British Medical Journal (BMJ), juillet 2012.