Prolapsus génital : les symptômes à connaître

© Istock
Le prolapsus génital correspond à la descente d’organes présents dans la cavité pelvienne. Une atteinte à la santé sexuelle assez fréquente puisqu’environ 10 % des femmes seraient victimes de prolapsus une fois dans leur vie.
Publicité

Les symptômes du prolapsus génital

Les manifestations du prolapsus génital sont assez peu caractéristiques. Elles correspondent généralement à une douleur dans le bas du ventre, une sensation de pesanteur au niveau du pelvis, du rectum ou du périnée, en fonction de la zone concernée. Les douleurs s’accentuent lors d’efforts physiques et diminuent au repos en position allongée. Le prolapsus peut aussi se caractériser par des symptômes indirects. En cas de cystocèle (descente de vessie dans le vagin), des difficultés à uriner ou une cystite peuvent être observées. En cas de rectocèle, la femme peut être sujette à une incontinence anale ou au contraire avoir des difficultés pour évacuer les selles.

Publicité
Publicité

Quels traitements pour la descente d’organe ?

Le traitement contre cette atteinte à la santé sexuelle dépend de l’âge de la patiente, du stade d’évolution du prolapsus et de la gêne ressentie. Il n’est pas rare qu’aucun traitement ne soit envisagé en l’absence de douleur et qu’une simple surveillance suffise. La rééducation périnéale permet de renforcer les muscles du plancher pelvien, et s’avère très utile en prévention ou en tout début de prolapsus. L’utilisation d’un pessaire peut parfois être indiquée. Il s’agit d’un anneau en caoutchouc inséré par le vagin, qui maintient les organes ayant tendance à descendre. Dans les cas les plus sévères, le recours à la chirurgie peut être le plus adapté. Plusieurs techniques chirurgicales existent en fonction du degré d’atteinte et du type de prolapsus.

 
Publié par La Rédaction E-Santé le Samedi 26 Mai 2018 : 18h30