BPCO ou poumon du fumeur : fréquente mais peu connue

© Istock

Bon nombre de personnes n'ont jamais entendu parler de la BPCO (Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive), pourtant, selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), cette affection est responsable de 3 millions de décès par an dans le monde.

Publicité

Une réaction inflammatoire à des substances chimiques

Dans le cas de la BPCO, les voies respiratoires se rétrécissent progressivement. L'air a de plus en plus de difficultés à arriver dans les poumons. Ce rétrécissement est causé par une réaction inflammatoire anormale des poumons à des substances chimiques.

Le tabagisme est le principal facteur de risque de la BPCO. Dans la plupart des cas, ce rétrécissement progressif des voies respiratoires intervient après de nombreuses années de tabagisme. C'est la raison pour laquelle la BPCO est souvent aussi désignée sous le terme de "poumon du fumeur". Outre le tabagisme, la pollution de l'air, par exemple par des produits chimiques ou des émanations de feu de bois, peut aussi être responsable du développement de la BPCO.

Publicité
Publicité

La spirométrie confirme le diagnostic

D'après l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), la BPCO est responsable de 5% des décès dans le monde. Une grande partie des patients n'ont toutefois pas encore été diagnostiqués. Les symptômes du poumon du fumeur sont l'essoufflement, la toux chronique et l'expectoration de glaires provenant des voies respiratoires inférieures. Le diagnostic est posé à l'aide d'un test de la fonction pulmonaire, appelé spirométrie. Ce test permet de mesurer la capacité pulmonaire et la valeur en 1 seconde (la quantité d'air que l'on peut expirer en une seconde).

La BPCO est souvent confondue avec l'asthme. Si l'asthme se caractérise aussi par un rétrécissement des voies respiratoires, il diffère néanmoins sur deux points majeurs de la BPCO. Dans l'asthme, le rétrécissement des voies respiratoires est complètement réversible. De plus, cette maladie apparaît souvent à un jeune âge, tandis que la BPCO débute généralement après 45 ans.

Publié par Pieter Segaert, journaliste santé le Mardi 21 Décembre 2010 : 16h25
Mis à jour le Jeudi 30 Décembre 2010 : 12h52
Source : Merci au Professeur Guy Brusselle, pneumologue à l'UZ Gent et chef du Laboratorium voor Translationeel Onderzoek naar Obstructieve Longaandoeningen de l'Universiteit Gent. Le Pr Brusselle a remporté l'ERS COPD Research Award 2010, un prix décerné par l'European Respiratory Society (ERS).