Peut-on acheter ses lunettes et ses lentilles par Internet ?

© Fotolia

Vous en avez assez des additions salées en sortant de chez l'opticien ? C'est le moment d'avoir le coup d'œil pour payer vos lunettes à prix réduit sans rogner sur la qualité...

PUB

Lunettes et lentilles coûtent chers…

Mais pourquoi les lunettes coûtent-elles si cher ? La première raison est qu'elles sont mal remboursées par la Sécurité sociale qui n'a quasiment pas changé son taux de remboursement depuis sa création en 1945. Les complémentaires santé ont pris le relais en proposant des forfaits spécifiques aux porteurs de lunettes. La matière première pour fabriquer les lunettes serait-elle onéreuse ? Même pas ! Les fabricants reconnaissent que le prix de revient n’est que d’une poignée d'euros. Les frais incompressibles des opticiens sont à prendre en compte, mais leur marge reste conséquente. Le domaine s'est ouvert à Internet offrant aux consommateurs des prix tellement attractifs qu'ils en deviennent suspects... C'est le moment de faire le tri sur le Web !

PUB
PUB

Lunettes et lentilles sur Internet en toute sécurité ?

La toile reste un marché prometteur pour les bonnes affaires. Mais si on y trouve le meilleur, le pire n'est jamais très loin. Quelques conseils pour y voir plus clair sur les sites de ventes de lunettes et de lentilles en ligne. Assurez-vous que le siège social soit en France. Une garantie côté sécurité et plus simple en cas de réclamations. Un détail qui a son importance : le paiement doit être sécurisé. Pour le voir, rien de plus simple: un «s» s'ajoute au http quand vous arrivez à la phase règlement. Et puis, l'achat de lunettes en ligne, ce n'est pas comme l'acquisition d'un sac vintage sur e-bay. Il touche à la santé et doit respecter une norme juridique. Passez votre chemin des sites qui ne présentent pas un agrément Sécurité sociale et mutuelle qui vous permettra de vous faire rembourser auprès de l'assurance maladie et de présenter une facture auprès de votre complémentaire.

Publié le 11 Octobre 2010 | Mis à jour le 18 Septembre 2015
Auteurs : Louise Castillon, journaliste santé
Source : Côté santé