L'autopalpation des seins ne dépiste pas le cancer

Pendant quelques années, l'autopalpation des seins a été conseillée aux femmes dans l'espoir qu'elle permettrait de détecter les lésions éventuelles plus tôt. Cet espoir s'est avéré sans fondement, mais l'autopalpation reste d'actualité.
Publicité

L'autopalpation n'est pas un dépistage

Un examen peut être considéré comme un dépistage s'il répond à certains critères :

- la maladie recherchée est fréquente,

- le test est efficace et ne cause pas trop de "faux positifs",

- la détection précoce de la maladie améliore l'issue.

Or certains études concernant l'autopalpation ont conclu que dans le groupe des femmes qui pratiquaient l'examen la mortalité par cancer du sein n'était pas plus basse et, c'est encore plus significatif, les tumeurs n'étaient pas détectées à un stade plus précoce. En revanche le nombre de biopsies inutiles était fortement augmenté. La conclusion est claire : en tant qu'élément de la politique de dépistage, l'autopalpation des seins n'est pas efficace. Les gynécologue et associations de lutte contre le cancer ont donc cessé de la recommander officiellement.

Publicité
Publicité

Un examen personnel qui reste intéressant

Il ne faut cependant pas en déduire que l'autopalpation des seins est déconseillée par les médecins. En effet, certaines femmes se sentent rassurées si elles peuvent faire un contrôle de temps en temps; d'autres sont simplement attirées par cette manière de mieux connaître leur corps. Il n'est donc absolument pas interdit de faire l'autopalpation. Simplement, si vous avez envie de l'effectuer de temps en temps, faites-le dans les bonnes conditions… et suivez les conseils qui suivent.

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Lundi 08 Décembre 2008 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 03 Septembre 2015 : 17h33
Source : Kosters, J. The Cochrane Library, 2008, n°3.