Autisme : va-t-on enfin prendre en charge ces patients ?

L'autisme touche près de 100.000 personnes en France. Or, très souvent, ces patients ne bénéficient pas d'une prise en charge adaptée à leur handicap. Les journées de l'autisme, les 24 et 25 mai prochain, seront l'occasion de sensibiliser l'opinion publique sur ce problème majeur que rencontrent toutes les personnes autistes et leurs familles, et de réclamer, inlassablement, des places dans des établissements spécialisés.
Publicité

Parrainées par Sandrine Bonnaire et Abdelatif Benazzi, les troisièmes Journée de l'Autisme sont organisées par deux Associations nationales de parents d'autistes, Autisme France et Sésame Autisme, et la Fondation France Télécom. De nombreuses manifestations de solidarité et de générosité auront lieu partout en France, dont un grand rassemblement place de l'Hôtel de Ville à Paris, le samedi 24 mai, à partir de 14h00.

Une urgence : permettre à chacun d'accéder à une prise en charge adaptée

Les personnes autistes et leur famille demanderont des places supplémentaires en établissements spécialisés, lesquelles manquent cruellement, et lanceront un appel aux dons, destinés à améliorer la qualité de la prise en charge. L'année précédente, les fonds récoltés ont servi à 62 projets d'amélioration de qualité de vie. Parallèlement, suite à ces manifestations, le budget de l'Etat a été doublé, passant de 7,5 millions d'euros en 2001, à 15 millions en 2002.

Publicité
Publicité

Informer, mobiliser et agir pour :

  • mieux faire connaître ce handicap auprès du grand public ;
  • que les personnes autistes ne soient plus exclues de notre société ;
  • lancer un appel aux pouvoirs publics.

L'autisme est un trouble neuropsychiatrique dû à une anomalie du développement cérébral. Ce syndrome apparaît au début de la vie, tandis que la sévérité et la forme des troubles varient en fonction du petit patient. Les autistes ont des difficultés à communiquer, à « décrypter » les rapports sociaux et à s'intégrer dans la société. Leur perception du monde qui les entoure est très spécifique et leur indifférence à l'égard des personnes n'est qu'apparente, car il s'agit en fait d'une incapacité à nouer le contact et donc à avoir une vie sociale.

 
Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 21 Mai 2003 : 02h00
Source : Communiqué de presse, www.journees.autisme.fr.