Autisme : plus de 4.000 nouvelles places pour l'accueil et la prise en charge

Roselyne Bachelot, ministre de la Santé et Valérie Létard, secrétaire d'État à la solidarité, ont présenté un nouveau plan sur l'autisme et les troubles envahissants du comportement (TED). Développement de la capacité d'accueil, accès au diagnostic, amélioration de la formation des professionnels… Telles sont les priorités du plan autisme 2008-2010.
Publicité

Doté d'une enveloppe de 187 millions d'euros, le plan comporte 30 mesures destinées à répondre aux enjeux posés par la prise en charge des enfants et des adultes touchés par ces pathologies. En France, leur nombre est estimé à 60.000 et à 180.000 en incluant les troubles envahissants du développement (données de l'Inserm pour l'année 2002). Le comité national d'éthique cite, quant à lui, le chiffre de 300.000 à 500.000 adultes atteints de TED, en s'appuyant sur les taux de prévalence enregistrés dans d'autres pays. Le comité estime notamment que 5.000 à 8.000 nouveaux-nés par an développeront un syndrome autistique.Le plan répond à trois axes prioritaires : mieux connaître pour former, mieux repérer pour mieux accompagner et, enfin, diversifier les approches, dans le respect des droits fondamentaux de la personne. Dans le domaine de la connaissance, plusieurs mesures portent sur l'élaboration et l'actualisation régulière du corpus de données sur l'autisme. Ainsi, afin de permettre aux acteurs de la prise en charge de s'appuyer sur des données fiables, des études épidémiologiques seront engagées et un nouvel élan sera donné à la recherche biomédicale et à la recherche clinique. Côté formation, un module consacré à l'autisme sera introduit dans le cursus des professionnels de santé (médecins, puéricultrices, orthophonistes, psychomotriciens et infirmiers) et des professionnels du secteur médico-social, et une sensibilisation à l'autisme sera également introduite dans la formation initiale des enseignants. La formation continue sera elle aussi renforcée.Dans le domaine du diagnostic, le plan insiste sur la nécessité de développer le repérage précoce chez l'enfant. Pour cela, les moyens des équipes hospitalières concernées seront renforcés. Une fois le diagnostic posé, les familles devront bénéficier d'une information et d'une orientation rapide vers les prises en charge existantes, les aides possibles et les modalités d'accès aux soinsPour améliorer l'accueil, la création, sur cinq ans - soit une durée plus longue que le plan - de 4.100 places est prévue. Sur ce total, 1.500 seront destinées à la prise en charge des enfants. Pour mémoire, le premier plan 2005-2007 avait permis la création de 2.830 places, dont 1.530 pour les enfants. La création de petites unités de vie est encouragée, ainsi que l'internat souple et les structures expérimentales de "décompression" pour les adolescents. Les établissements médico-sociaux sont appelés à adapter leur prise en charge aux "aspirations nouvelles" des familles. Le développement de l'offre d'accueil en établissements et services sera renforcé afin de répondre aux demandes croissantes des personnes adultes et tiendra compte des nouvelles attentes des familles. Mais la prise en charge devra également favoriser la vie en milieu ordinaire à tous les âges de la vie (scolarisation des enfants autistes, insertion sociale et professionnelle des jeunes, développement d'une offre de travail protégé adaptée aux spécificités de l'autisme et renforcement de l'accès à l'emploi ordinaire). Enfin, des nouvelles méthodes de prise en charge pourront être expérimentées. Elles seront encadrées et feront l'objet d'une évaluation renforcée afin de garantir l'intégrité et la dignité des personnes.Ce nouveau plan fera l'objet d'un suivi régulier - auquel participera le comité national de réflexion et de propositions sur l'autisme et les TED - et d'une information des différents partenaires et associations.Plus de renseignements :www.travail.gouv.frwww.hopital.fr

 
Publié par Hopital.fr le Lundi 26 Mai 2008 : 02h00