Attention : forte augmentation du diabète de type 1 chez l'enfant et du diabète de type 2 chez l'adolescent

Diabète : il y a de quoi s'inquiéter pour nos enfants. On note en effet une forte augmentation du diabète de type 1 chez l'enfant de moins de 4 ans et l'apparition de plus en plus fréquente de diabète de type 2 ou diabète gras chez l'adolescent. Ces deux phénomènes pourraient être directement attribués à la hausse de l'obésité infantile. La France suit ainsi ce qui se passe aux Etats-Unis, tendance que l'on retrouve aussi dans tous les autres pays occidentaux.

Publicité

Le diabète est une maladie qui touche des Français de plus en plus jeunes

Jusqu'à récemment, le diabète de type 2, également dénommé diabète gras, touchait particulièrement les adultes, parallèlement à l'augmentation du surpoids. Rien d'étonnant, cette maladie a pour composante majeure l'obésité. Ainsi, inévitablement, le diabète touche des personnes de plus en plus jeunes. Mais aujourd'hui, les ados sont eux aussi de plus en plus sujets au diabète. Comme le révèle l'étude publiée dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), la progression chez les jeunes de moins de 20 ans est particulièrement élevée, avec l'apparition d'authentiques cas de diabète de type 2 chez les adolescents. L'étendue du phénomène est encore plus inquiétante si l'on s'intéresse à la prévalence du diabète de type 1 ou insulinodépendant chez les très jeunes enfants, dans la tranche d'âge 0-4 ans : la progression a été de 78% en une décennie.

Publicité
Publicité

Le diabète de type 1 est une maladie potentiellement sévère et handicapante, notamment chez l'enfant

Le diabète de type 1, qui est la conséquence d'une destruction des îlots de Langherans dans le pancréas selon un processus auto-immun, a plus que doublé chez les jeunes enfants dans presque tous les pays européens. Or, chez l'enfant, le diabète de type 1 est très problématique car il impose une prise en charge très spécifique. Cette maladie expose en effet à « des contraintes de traitement, de régime et de surveillance qui vont ensuite durer la vie entière, de même qu'à des réaménagements conséquents de l'environnement familial et social des enfants atteints ».

 
Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 19 Novembre 2007 : 01h00
Mis à jour le Mercredi 01 Décembre 2010 : 11h59
Source : Bulletin épidémiologique hebdomadaire n°44-45, 13 novembre 2007.