Le diabète de l'enfant est associé à une croissance très rapide la première année

Il est bien connu que les bébés qui ont de gros poids de naissance ont un risque accru de devenir diabétique. De nouveaux travaux montrent que le risque de développer cette maladie est aussi associée à une importante prise de poids la première année et à une croissance trop rapide les 2 années suivantes.
PUB

Le diabète est une maladie qui perturbe le métabolisme des sucres. Par déficit en une hormone normalement produite par le pancréas, l'insuline, les diabétique ne vont plus pouvoir utiliser normalement le glucose sanguin en le transformant en énergie au niveau des muscles ou des autres tissus. Le sucre mal utilisé s'accumule dans le sang à l'origine d'une hyperglycémie caractéristique de la maladie. Il existe deux types de diabète: le type 1 qui résulte d'une destruction directe de cellules du pancréas et le type 2 qui correspond à une insuffisance pancréatique couplée à une résistance à l'insuline.

PUB
PUB

Le diabète de type 1 est celui qui débute chez les enfants et les adultes jeunes (par opposition au diabète de type 2 qui concerne le plus souvent les gens de plus de 40 ans, généralement en surpoids). Les cellules de leur pancréas auront été détruites par des anticorps fabriqués par eux-mêmes contre eux-mêmes. Il s'agit d'une maladie autoimmune, l'immunité de l'individu se retournant contre lui.

Un poids important à la naissance est un facteur de risque connu, au même titre que les antécédents familiaux. Deux autres signes doivent maintenant être surveillés de près: la prise de poids pendant la première année et la croissance pendant les deux années suivantes. Il vient en effet d'être montré que ces jeunes patients développant un diabète de type 1, la prise de poids est très importante pendant la première année et que leur croissance est trop rapide au cours des deux années qui suivent. Chez ces enfants plus corpulents, des anticorps dirigés contre leur pancréas ont été retrouvés.

Publié par Dr Sylvie Coulomb le Mardi 29 Août 2000 : 02h00
Source : Bruining, Lancet, Volume 356, N° 9230, 19 Août 2000