Atteinte de la maladie des os de verre, elle arrive à avoir un bébé

Trisha Taylor, 31 ans, est atteinte d’ostéogenèse imparfaite, appelée aussi “maladie des os de verre”. Malgré le pronostic alarmiste des médecins, elle est parvenue à tomber enceinte et avoir un bébé en bonne santé.
© Adobe Stock
Sommaire

Trisha Taylor a été diagnostiquée d’une ostéogenèse imparfaite après être née avec plus de 150 fractures des os. La trentenaire n’a pas uniquement lutté contre la maladie, elle s’est également battue pour réaliser son désir de maternité.

L’ostéogenèse imparfaite, causée par une mutation génétique qui affecte la production de collagène, signifie que les os du malade sont d’une fragilité excessive et facilement cassables. Dans sa forme la moins grave, les patients ont une simple coloration bleue à niveau du blanc de l’œil. En revanche, les formes sévères entraînent un handicap important chez la personne atteinte, elles peuvent se casser les os au moindre mouvement. Par ailleurs, certains enfants meurent à la naissance.

Maladie des os de verre : “À chaque toux ou éternuement, je risque de me fracturer un os”.

Pour Trisha Taylor, cette maladie la conduite a mesuré 86 cm et se déplacer en fauteuil roulant depuis ses 2 ans et demi. Petite, elle souffrait d’au moins une fracture des os par mois. Ils étaient si fragiles que même respirer faisait peser trop de pression sur sa cage thoracique. Elle était ainsi branchée à une machine à oxygène 24 heures sur 24 depuis sa naissance. 

"Mes poumons ne pouvaient physiquement pas respirer et expirer par eux-mêmes. À chaque toux ou éternuement, je risquais de me fracturer un os. Le simple fait de se coucher dans la mauvaise position pouvait provoquer une fracture", explique la trentenaire au Mirror.

À 12 ans, elle a commencé un nouveau traitement impliquant un médicament appelé pamidronate, qui permet de réduire la dégradation osseuse. Il a grandement amélioré son état. 

"Au bout de six mois, j’ai commencé à pouvoir me relever sans aide" se rappelle-t-elle. "Quand j'avais 13 ans, j'ai demandé à mes parents si je pouvais essayer de me lever seul, mais je pense qu'ils avaient trop peur. Ils ne voulaient pas que je me précipite. Au lieu de cela, j'ai invité quelques amis à venir m'aider. Nous nous sommes enfermés dans la chambre et ils m'ont aidé à sortir du lit par moi-même, confie-t-elle. Nous avons continué à pratiquer et nous entrainer jusqu'à ce que je sois capable de le faire - cela a dû prendre une demi-journée".

L’Américaine n’a ainsi jamais laissé sa maladie - et sa petite taille - entraver sa vie et ses envies. Elle est parvenue à respirer seule à 15 ans. Elle a été admise à l’Université de l’Idaho du Sud où elle a étudié les sciences sociales. C’est au cours de sa première année qu’elle a rencontrée Michael. Ils se sont fiancés en 2009 et mariés en 2011.

Après 3 ans de mariage, le couple a décidé de fonder une famille. Les médecins ont alors averti Trisha Taylor qu’une grossesse était très dangereuse au vu de son état de santé. Toutefois, le monde médical n'est pas parvenu à la détourner de son désir d’enfant. 

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.