Asthme et perte osseuse : une relation ?

Les corticoïdes sont connus pour favoriser la perte osseuse. Or, ils sont employés comme principe actif dans les médicaments prescrits contre l'asthme. Pour les formes orales, ce risque était connu, mais en ce qui concerne les formulations inhalées, le sujet était resté à débat. Aujourd'hui, de nouveaux travaux montrent une perte osseuse légère induite par les corticoïdes inhalés. Ces médicaments sont donc susceptibles d'exposer les patients à un plus grand risque d'ostéoporose et de fractures. Loin de remettre en question l'emploi de ces traitements, ces données sont à prendre en considération dans la prise en charge quotidienne de l'asthme.
PUB

Les produits à base de corticoïdes permettent d'améliorer le contrôle de l'asthme chronique. Les études concernant leurs effets sur la minéralisation osseuse n'ont pas pour but de remettre en question les recommandations actuelles quant à leur emploi, mais de connaître exactement les risques, s'il y a, afin de les contrer, d'avertir les patients et de bâtir des mesures préventives.

Cette analyse a porté sur 109 femmes âgées de 18 à 45 ans suivies durant trois années. En fonction du type du traitement pris contre l'asthme, il s'avère que contrairement aux enfants, chez lesquels les corticoïdes n'entraînent qu'un retard de croissance transitoire sans effet à long terme sur la densité osseuse, les adultes subissent une perte osseuse. Certes faible, mais inquiétante car dose-dépendante et certaines formes inhalées sont prescrites à fortes doses.

PUB
PUB

D'autres études sont nécessaires afin de confirmer ces résultats et de définir les pertes exactes, notamment en fonction des produits administrés. En attendant, il est important d'optimiser les traitements (employer la dose la plus basse possible nécessaire à un contrôle efficace des symptômes) et les patients employant de fortes doses doivent être éduqués en matière de suivi régulier, d'activité sportive et de nutrition (calcium et vitamine D) afin qu'ils adoptent préventivement une bonne hygiène de vie.

Publié le 08 Octobre 2001
Auteur(s) : Dr Philippe Presles