Asthmatiques, méfiez-vous des courants d'air froid dus aux orages

Les orages provoquent une recrudescence des crises d'asthme allergique. Contrairement à ce que l'on supposait, le facteur déclenchant ne serait pas la pluie ou encore l'activité électrique mais les courants d'air froid qui à proximité du sol, concentreraient de grandes quantités d'allergènes.
PUB

Après l'orage, les crises d'asthme sont plus nombreuses

Tout à commencé par une constatation: un soir d'octobre 1997 dans une île du sud de l'Australie, la survenue d'un orage violent a coïncidé avec une forte « épidémie » de crises d'asthme. En effet, entre le soir et le lendemain matin, près de 215 personnes se sont présentées aux urgences en raison d'une crise d'asthme, dont 41 ont dû être hospitalisées. La majorité des patients présentaient un asthme allergique au seigle. Cet événement ayant été observé parallèlement dans d'autres villes, des pneumologues australiens se sont penchés sur le rôle de l'orage dans le déclenchement de ces crises. Ils sont partis de l'hypothèse suivante: les orages et les courants d'air froid qu'ils induisent provoqueraient un balayage des pollens et des particules, lesquels se concentreraient près du sol (l'air froid tend à rester près du sol), formant une zone de reflux. Ainsi, les sujets allergiques aux graminées inhaleraient après un orage de fortes concentrations d'allergènes susceptibles de déclencher des crises d'asthme.

PUB
PUB

Les orages entraînant des courants d'air froid concentrent les allergènes

Afin de valider cette possibilité, ces chercheurs ont confronté le nombre de passages aux urgences pour asthme dans 6 villes australiennes et les conditions météorologiques (orage dans un rayon de 80km, courants et fronts d'air froid, vitesse du vent, ses changements de direction, humidité, température). Les concentrations polliniques ont également été enregistrées et analysées à 3 mètres au-dessus du sol. Au final, la moitié des épidémies de crises d'asthme a été précédée d'un orage venté durant la période des pollens, et un tiers sur la totalité de l'année. Par ailleurs, il existe un lien entre la présence de courants d'air froid accompagnant l'orage et l'augmentation des consultations pour crises d'asthme dans toutes les villes étudiées. Cette association est plus marquée entre la fin du printemps et le début de l'été, soit durant la période des pollens. Dans 48% des cas, les recrudescences d'asthme ont eu lieu des jours d'orage, contre 8% pour les autres jours. Mais lorsque l'orage n'a pas entraîné de mouvement d'air, le nombre de crises asthmatiques est resté identique à celui des autres jours.

Les auteurs ont donc validé leur hypothèse. La recrudescence des crises d'asthme est fortement liée aux courants d'air froid, plutôt qu'à l'activité électrique ou à la pluie. Hélas, les pics épidémiques ne peuvent être prévus car si l'on peut prédire les orages, en revanche, on ne sait pas lesquels seront suivis de mouvements d'air froid. Ainsi, se baser sur les prévisions orageuses provoqueraient de nombreuses fausses alertes.

Publié le 05 Juin 2001
Auteur(s) : Dr Philippe Presles