Arrêt du tabac : combien ça coûte ?

Arrêter de fumer est une aventure périlleuse qui nécessite de l'aide. Mais recourir à des substituts nicotiniques, au Champix, à un tabacologue, etc., combien ca coûte ? Chaque traitement ayant son prix, à quel budget faut-il s'attendre ?

PUB

Arrêt du tabac : Les substituts nicotiniques

Quelle que soit leur présentation (gomme à mâcher, comprimé sublingual, patch...), les substituts nicotiniques délivrent de la nicotine, limitant la sensation de manque lors du sevrage tabagique.

Le prix des substituts nicotiniques varie fortement d'une pharmacie à une autre. Ca vaut le coup de faire des repérages. A titre d'exemple, il faut compter 8 euros la boîte de 36 gommes (posologie moyenne : environ 10 gommes par jour), 4 euros la boîte de 12 pastilles (6 pastilles par jour), 60 euros la boîte de 28 patchs (1 patch par jour). Sur de telles bases, il faut compter en moyenne 180 euros pour un traitement de 2 mois.

PUB
PUB

Mais le prix final dépend beaucoup du degré de dépendance : plus la dépendance est forte, plus il faut des dosages élevés et multiplier les prises, voire utiliser en même temps différents substituts nicotiniques (ex. un patch + des gommes).

La Sécurité sociale prend en charge depuis février 2007 un montant forfaitaire de 50 euros par an pour l'achat de substituts nicotiniques sur prescription médicale.

Enfin, certaines mutuelles remboursent une partie des substituts nicotiniques.

Les substituts nicotiniques n'ont pas de véritables contre-indications et peuvent notamment être utilisés lors de la grossesse (à discuter avec son médecin) ou en cas d'affection cardiaque.

Arrêt du tabac : La thérapie cognitive et comportementale

Elle a pour objectif de modifier les comportements. Très efficace en cas de dépendance psychologique, elle aide à l'arrêt et à prévenir les rechutes. Le traitement est long (plusieurs mois) et le coût dépend du tarif du praticien. Si celui-ci est conventionné, les consultations peuvent être remboursées en partie par l'Assurance maladie.

En cas de forte dépendance, il est possible de coupler la thérapie cognitive et comportementale avec d'autres traitements (médicaments, substituts nicotiniques...).

Publié le 11 Janvier 2010 | Mis à jour le 22 Octobre 2010
Auteurs : Rédaction E-sante.fr
Source : Haute Autorité de santé (HAS), Service évaluation économique et santé publique, janvier 2007.