Alzheimer : que penser des dispositifs de géolocalisation ?

Publié par Dr Philippe Presles le Vendredi 09 Mars 2012 : 13h12
Mis à jour le Vendredi 22 Avril 2016 : 12h24

Les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou d’un trouble de l’orientation peuvent quitter leur domicile, se déplacer et finir par se perdre, ne plus savoir où elles se trouvent. Pouvoir demander de l’aide, et pour les proches, localiser la personne disparue est l’objectif des appareils de géolocalisation. Comment fonctionnent-ils ? Sur quels critères en choisir un ?

© getty
PUB

Un dispositif de géolocalisation, c’est quoi exactement ?

Pour une personne atteinte de la maladie d'Alzheimer ou d'un trouble de l'orientation, un dispositif de géolocalisation peut représenter une alternative à une mise sous surveillance permanente en institution. Ce dispositif permet à la personne désorientée de rester à son domicile et de continuer à se déplacer, certes de façon pistée, mais librement.

Le dispositif de géolocalisation est un appareil médical, un GPS ou un Smartphone qui se présente sous la forme d’un bracelet, d’un médaillon ou d’un téléphone, et qui transmet la position de celui qui le porte à un proche ou à une plateforme d’assistance. L’appareil de géolocalisation permet aussi d’engager la conversation en cas de besoin.

Quelles sont les fonctions et les qualités requises pour unoutil degéolocalisation ?

Convaincre la personne de porter un appareil de géolocalisation est une chose, lui proposer un objet qui ressemble à un bracelet carcéral ou à un collier canin, que de plus elle sera incapable d’ôter elle-même, sera forcément rejeté. L’outil doit donc être choisi en fonction de ce que la personne concernée est capable d’accepter.

PUB
PUB

Quelle est l'efficacité d'un système de géolocalisation ? Quelle est la qualité de la téléphonie ?

Si la géolocalisation est trop lente et surtout imprécise, à 400 m près par exemple, le dispositif ne sera d’aucune utilité, et pourra même contribuer à renforcer la souffrance de la situation vécue par l’aidé et l’aidant.

La fiabilité du système de géolocalisation est le point le plus important à vérifier. Le système GPS est le plus utilisé et parfois secondé par un autre système (A-GPS, GSM…).

Le dispositif de géolocalisation doit aussi permettre à la personne désorientée d’entrer en contact vocal avec un proche ou un service d’assistance. La communication doit être correctement audible et le son suffisamment fort. En toute logique, les Smartphones sont plus performants que les bracelets ou les médaillons.

Publié par Dr Philippe Presles le Vendredi 09 Mars 2012 : 13h12
Mis à jour le Vendredi 22 Avril 2016 : 12h24
Source : 60 millions de consommateurs, novembre 2011.
PUB
PUB
A lire aussi
Les malades d'Alzheimer ne se perdront plusPublié le 10/07/2006 - 00h00

Les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer se retrouvent souvent complètement désorientées lors de leurs déplacements. C'est ainsi qu'on peut les trouver errantes dans les couloirs de l'institution ou dans les rues du quartier. Afin d'éviter cette situation angoissante, un bracelet...

Seniors, gardez le contact avec votre tribuPublié le 22/10/2003 - 00h00

Comment faciliter le maintien à domicile des personnes en perte d'autonomie ou isolées ? En leur fournissant un appareil miniaturisé qu'ils porteront sur eux, leur permettant ainsi de recevoir des appels en mains-libres et d'alerter à tout moment une équipe de spécialistes pour obtenir un...

Les 10 objets connectés médicaux révolutionnaires de demain Publié le 25/01/2017 - 16h16

Selon le monde de la médecine,  la santé connecté (ou e-santé) s’avère un bénéfice potentiel pour la santé publique. Tous les acteurs sont impactés, professionnels de santé et patients. Il aura fallu quelques années pour que l’ergonomie des objets et des systèmes connectés soitsuffisamment développée pour se poser en interface efficace entre l’utilisateur et son médecin. Aujourd’hui, le médecin conserve un rôle actif dans ce parcours de soin d’un type nouveau, et son patient acquiert toujours plus d’autonomie et de facilité à l’observance de ses...

Faire face à la maladie d'AlzheimerPublié le 15/09/2004 - 00h00

Il cherche constamment son gillet, il grignote plutôt qu'il ne mange, il lui arrive de ne plus remettre une voisine ? Bien sûr on préfère en rire, on évoque son « grand âge », on accuse « la vieillerie ». Finalement on trouve ça presque normal... Mais au fond, on sait bien que ce n'est...

Plus d'articles