Alzheimer : comment communiquer ?

Publié le 26 Avril 2005 à 2h00 par Rédaction E-sante.fr
La communication avec une personne atteinte de la maladie d'Alzheimer est souvent difficile. Pourtant, elle est essentielle. Et même si le malade ne saisit pas la signification des mots, il est très sensible au climat affectif et au ton de la voix. C'est pourquoi, la communication doit aussi impliquer le langage non verbal. Quelques conseils pour établir une bonne communication.
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

" Quand la façon de dire compte davantage que ce qui est dit "

C'est le langage perturbé du malade Alzheimer qui nous fait percevoir sa détérioration intellectuelle et la souffrance qui en découle. Il est alors tentant de ne pas écouter cette personne confuse, parfois délirante, tour à tour absurde ou incohérente, et qui répète toujours la même chose. Pourtant, la meilleure façon de progresser est d'écouter, d'essayer de décoder ce qu'elle a souhaité vous dire et d'adapter votre comportement. Facile à dire, difficile à faire…...

Quelques conseils pratiques

Retenez son attention

Abordez la personne malade en vous plaçant bien face à elle. Touchez-lui délicatement la main ou le bras afin d'attirer son attention. Dites son nom et éventuellement rappelez-lui qui vous êtes. Avant de lui parler, attendez qu'elle soit prête à vous écouter. Evitez toute source de distraction et veillez à diminuer le bruit ambiant.

Regardez-la droit dans les yeux

Captez son regard et ne le quittez plus. Vous l'aiderez ainsi à comprendre ce que vous lui dites.

Parlez calmement et clairement

Choisissez des mots simples et des phrases courtes. Parlez lentement et toujours amicalement de façon rassurante. Inutile d'élever la voix, même si elle a du mal à vous entendre.

Un seul message à la fois

Ayez des conversations simples en évitant notamment les phrases qui mélangent plusieurs actions ou idées. Formulez vos questions de façon très concrète et simplifiez ses choix. Privilégiez toujours les questions qui demandent une réponse par « oui » ou par « non », aux questions ouvertes. Par exemple, il est préférable de lui demander si elle veut de la soupe pour le dîner, plutôt que ce qu'elle souhaite manger au dîner.

Répétez les informations importantes

Si la personne malade n'a pas compris le message, répétez-le en utilisant les mêmes mots.

Montrez les choses

La gestuelle aide considérablement à la compréhension. Autant que possible, accompagnez vos paroles des gestes correspondants. Par exemple, le moment venu d'aller se laver, montrez la serviette de toilette, le savon ou le shampoing.

Soyez attentif

Observez bien ses réactions et ses expressions, qui révèlent sa compréhension. En cas de réponses inadaptées, essayez de réagir en tenant compte de son humeur et de ses sentiments du moment.

Soyez rassurant

Ne lui montrez pas votre inquiétude à son sujet. Plus vous serez calme et apaisé, plus le malade se sentira rassuré.

Choisissez les bons moments

Le meilleur moment pour communiquer est généralement celui où la personne atteinte d'Alzheimer s'exprime spontanément. De plus, le message passe mieux lorsque c'est elle-même qui a abordé le sujet. Finalement, le plus difficile pour elle est de répondre à une question qui ne vient pas d'elle, car elle sait qu'on attend sa réponse, ce qui est très angoissant. Au fil du temps, vous apprendrez peu à peu à vous comprendre….

Et bien entendu, toute personne mérite respect et ne cesse d'avoir besoin d'affection et d'amour.

A savoir

Les répétitions

La personne atteinte d'Alzheimer peut répéter inlassablement les mêmes mots et gestes. Ce comportement est involontaire, mais souvent très stressant pour celui qui s'en occupe. Vous pouvez essayer de la distraire en lui proposant des activités simples ou en changeant de sujet. Mais la meilleure solution consiste à ignorer ce comportement.

La méfiance et les accusations

Parfois, la personne malade ne comprend plus ce qui se passe autour d'elle. S'installe alors une suspicion qui porte sur tout son entourage, avec des accusations de vouloir lui faire du mal, des accusations de vol, etc. Inutile de vous lancer dans de grandes discussions, vous devez simplement la rassurer. Dites-lui bien qu'elle est en sécurité et que personne n'essaye de lui faire du mal ou de la voler. Dites-lui également que vous comprenez qu'elle soit contrariée, et changez de sujet afin de lui faire penser à autre chose.

La colère

Les explosions de colère à propos de sujets totalement inhabituels ne sont ni intentionnelles, ni préméditées, elles sont attribuables aux effets de la maladie. Restez calme et soyez rassurant. Tentez de distraire la personne malade ou laissez-la tranquille afin qu'elle se calme. Le cas échéant, quittez tout simplement les lieux ou allez chercher de l'aide.

Pour en savoir plus :

France Alzheimer et maladies apparentées

Source : France Alzheimer et maladies apparentées, Union nationale des associations Alzheimer.