Alzheimer : avantage aux bilingues

Selon une étude menée au Québec, pratiquer couramment deux langues protégerait de la maladie d'Alzheimer. En effet, la diminution des capacités intellectuelles associée aux démences se manifeste 4 ans plus tard chez les bilingues par rapport à ceux qui ne parlent qu'une seule langue.
Publicité

Comment retarder la maladie d'Alzheimer ?

La lutte contre le déclin intellectuel associé aux démences, dont la plus fréquente est la maladie d'Alzheimer, est un enjeu majeur. Ces maladies neurodégénératives ne cessent de progresser avec le vieillissement de la population et les conséquences sont gravissimes pour la vie quotidienne et l'autonomie.

Publicité
Publicité

Contre Alzheimer : jeux et autres exercices de mémoire

Pour conserver la mémoire et autres capacités cognitives, la pratique d'exercices intellectuels est aujourd'hui reconnue. C'est ainsi que l'on recommande largement les mots croisés et autres jeux qui font travailler nos méninges. Les relations sociales sont aussi fortement conseillées car elles font beaucoup travailler notre cerveau, tout en étant associées au plaisir.

Selon une étude réalisée au Québec, une région où les habitants sont souvent bilingues, la pratique de deux langues exercerait également un effet très puissant sur le déclin cognitif associé aux démences.

 
Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 29 Janvier 2007 : 01h00
Source : Bialystok E. et coll., Neuropsychologia, 45 (2) : 459-64, 2007.