Altruisme : se faire du bien en faisant du bien
Sommaire

3- L’altruisme n’est pas une perte

Freud et nombre de ses suiveurs considéraient l’altruisme comme du masochisme, car il n’y avait rien à gagner. Ou bien comme une volonté hypocrite de gagner quelque chose en contrepartie. Matthieu Ricard s’oppose à cette vision réductrice de l’homme et considère que toute générosité désintéressée apporte un enrichissement en termes de bien-être.

4- L’altruisme améliore bien-être et santé

Le psychologue Allean Luks, en suivant des milliers d’Américains, constate que ceux qui participent à des activités bénévoles sont en meilleure santé que ceux du même âge n’y participant pas.

D’autres études ont montré que la participation à des activités bénévoles protégeait de la dépression, et pour les adolescentes de la toxicomanie, des IVG et du décrochage scolaire.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Mots-clés : Altruisme, Psycho
Source :