Allergie au pollen de bouleau : l’Indre-et-Loire est dans le rouge !

© Istock

En Indre-et-Loire comme dans de nombreux départements, les allergies sont à leur pic. Les pollens de bouleau atteignent des niveaux record.

PUB

Après un hiver maussade, les températures estivales ont redonné le moral à beaucoup de Français.es. Au moins autant en ont payé le prix. Car avec le redoux, les pollens de bouleau ont tout simplement explosé : le record de 1993 a été battu. Au rang des départements les plus touchés figure l'Indre-et-Loire.

Dans ce département du Centre-ouest, les pollens de bouleau ont atteint leur niveau maximal, provoquant un grand nombre d'allergies. Il faut dire qu'en France, 20 à 30 % de la population souffre de cette hypersensibilité.

Des allergies précoces

Et les habitant.e.s d'Indre-et-Loire ne sont pas sorti.e.s de l'affaire : le redoux a aussi favorisé le bourgeonnement des frênes, chênes et graminées. L'exposition aux pollens risque donc d'augmenter très prochainement.

PUB
PUB

"On commence déjà à voir des allergies aux graminées, alors qu'elles apparaissent normalement fin mai et début juin en Touraine", s'étonne Marie-Pierre Rinn, présidente de l'association Asthme et Allergie 37 interrogée par La Nouvelle République.

L'Indre-et-Loire n'est pas la seule à établir ce constat. Beaucoup de départements de l'Ouest et de l'Est sont aussi concernés par le regain des allergies. "Le risque d'allergie pour ces pollens restera très élevé ces prochains jours dans un grand quart Nord-Est du pays, en Auvergne-Rhône-Alpes et en altitude", ajoute le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) dans son bulletin hebdomadaire.

Un pollen particulièrement tenace

Comment expliquer cette progression éclair ? Depuis quelques semaines, plusieurs facteurs se sont combinés. D'abord, "le temps doux et ensoleillé favorise la dispersion des pollens", selon le RNSA. Mais ce n'est pas tout. Le bouleau est omniprésent sur le territoire, ce qui facilite l'expansion des allergies.

D'autant que le pollen de bouleau figure parmi les plus allergisants. Une capacité qu'il doit à la petite taille de ses pollens, inférieure à 10 micromètres. Les symptômes de l'allergie ont, en plus, tendance à s'aggraver avec la pollution atmosphérique.

"L'augmentation de la pollution atmosphérique stresse les plantes. La protéine allergisante du bouleau, la PR-10, va, par un mécanisme de défense, produit beaucoup plus de pollens", explique à 20 Minutes le Dr Patrick Rufin, allergologue.

Un cocktail qui a poussé le RNSA à émettre une alerte auprès des citadin.e.s. "Attention aussi aux pics de pollution atmosphérique dans les grandes villes, comme à Paris ou à Lyon, qui exacerbent les symptômes d'allergie aux pollens en fragilisant les voies respiratoires." Nous voilà prévenus.

Publié le 26 Avril 2018
Auteur(s) : Audrey Vaugrente, journaliste santé
Source : Bulletin RNSA, consulté le 26 avril 2018
http://www.pollens.fr/docs/vigilance.html
Alerte rouge en Touraine pour l’allergie au bouleau, La Nouvelle République, 26 avril 2018
https://www.lanouvellerepublique.fr/tours/alerte-rouge-en-touraine-pour-l-allergie-au-bouleau
Pourquoi le pollen de bouleau est si allergisant ?, 20 minutes, 23 avril 2018
https://www.20minutes.fr/sante/2260255-20180423-pourquoi-pollen-bouleau-si-allergisant
PUB
PUB

Contenus sponsorisés