Allergie alimentaire : quel régime, dans quel cas ?

Publié le 15 Mars 2005 par Dr Etienne Bidat, Allergo-pédiatre
Les cas d'allergie alimentaire sont de plus en plus fréquents. Concrètement, quels types de régime peuvent être proposés à la personne allergique et dans quels cas ?
PUB

Quand le diagnostic d'allergie alimentaire est certain et l'allergène identifié, un régime s'impose. A défaut de certitude, si le médecin suspecte une allergie alimentaire, il peut proposer un régime d'essai. Si ce régime n'entraîne pas une amélioration nette en quatre à six semaines, il ne doit pas être prolongé, l'allergie alimentaire n'est probablement pas à l'origine des signes d'allergie.

Les régimes proposés « pour voir » s'ils améliorent l'eczéma ou l'urticaire, sans supervision diététique, sont à proscrire. Trop souvent ces régimes entraînent des carences nutritionnelles, ils compliquent la vie des familles, et ces évictions sont souvent inutiles et inefficaces.

PUB

Les connaissances actuelles permettent d'adapter le régime à chaque cas. Il n'est pas nécessaire, et même néfaste, de faire des exclusions alimentaires trop rigoureuses ou trop étendues quand elles ne s'imposent pas. Il a même été montré, qu'en cas de guérison de l'allergie à l'arachide, la poursuite d'un régime strict, sans arachide, entraîne un risque de rechute, alors que la consommation régulière d'arachide permet de maintenir la tolérance à cet aliment. Le régime est donc à adapter à chacun.

PUB

En cas d'allergie à l'arachide ou aux fruits à coque, le médecin doit préciser si la consommation de traces ou de graisses est possible (ce qui est le plus souvent le cas).

Dans l'allergie à l'oeuf, il est parfois possible de consommer de l'oeuf très cuit dans les gâteaux, sans effet nuisible pour la guérison de cette allergie, et parfois même, cela l'accélère.

En cas d'allergie à un aliment, il est rarement utile d'exclure tous les aliments de la même famille.

Les allergies croisées sont possibles, mais elles ne sont pas systématiques.

En conclusion, le régime est à définir au cas par cas, tandis que l'exclusion très stricte doit être assouplie.