Allergie alimentaire : quel régime, dans quel cas ?

Publié par Dr Etienne Bidat, Allergo-pédiatre le Mardi 15 Mars 2005 : 01h00
Les cas d'allergie alimentaire sont de plus en plus fréquents. Concrètement, quels types de régime peuvent être proposés à la personne allergique et dans quels cas ?
PUB

Quand le diagnostic d'allergie alimentaire est certain et l'allergène identifié, un régime s'impose. A défaut de certitude, si le médecin suspecte une allergie alimentaire, il peut proposer un régime d'essai. Si ce régime n'entraîne pas une amélioration nette en quatre à six semaines, il ne doit pas être prolongé, l'allergie alimentaire n'est probablement pas à l'origine des signes d'allergie.

Les régimes proposés « pour voir » s'ils améliorent l'eczéma ou l'urticaire, sans supervision diététique, sont à proscrire. Trop souvent ces régimes entraînent des carences nutritionnelles, ils compliquent la vie des familles, et ces évictions sont souvent inutiles et inefficaces.

Les connaissances actuelles permettent d'adapter le régime à chaque cas. Il n'est pas nécessaire, et même néfaste, de faire des exclusions alimentaires trop rigoureuses ou trop étendues quand elles ne s'imposent pas. Il a même été montré, qu'en cas de guérison de l'allergie à l'arachide, la poursuite d'un régime strict, sans arachide, entraîne un risque de rechute, alors que la consommation régulière d'arachide permet de maintenir la tolérance à cet aliment. Le régime est donc à adapter à chacun.

En cas d'allergie à l'arachide ou aux fruits à coque, le médecin doit préciser si la consommation de traces ou de graisses est possible (ce qui est le plus souvent le cas).

Dans l'allergie à l'oeuf, il est parfois possible de consommer de l'oeuf très cuit dans les gâteaux, sans effet nuisible pour la guérison de cette allergie, et parfois même, cela l'accélère.

En cas d'allergie à un aliment, il est rarement utile d'exclure tous les aliments de la même famille.

Les allergies croisées sont possibles, mais elles ne sont pas systématiques.

En conclusion, le régime est à définir au cas par cas, tandis que l'exclusion très stricte doit être assouplie.

Publié par Dr Etienne Bidat, Allergo-pédiatre le Mardi 15 Mars 2005 : 01h00
PUB
PUB
A lire aussi
Forte progression des allergies alimentairesPublié le 02/01/2001 - 00h00

Les allergies alimentaires sont de plus en plus fréquentes, en raison de la diversification de notre alimentation. Du simple picotement buccal au redoutable choc anaphylactique, en passant par l'eczéma ou la crise d'asthme, l'allergie alimentaire peut prendre des formes très diverses. La mise enévidence de l'allergène responsable nécessite une enquête minutieuse, comprenant des tests cutanés et parfois oraux. Seule l'éviction totale de l'aliment en cause permet d'éviter l'apparition des manifestations de l'allergie, dont l'évolution à long terme varie selon l'âge du sujet et le...

Les allergies croisées augmententPublié le 29/08/2000 - 00h00

Un allergique au latex peut le devenir à l'avocat. Celui qui éternue en présence des chats peut être sensibilisé à la viande de porc. Ces phénomènes d'allergies croisées se multiplient et il faut consulter au moindre doute. Le Dr Etienne Bidat, allergo-pédiatre (Hôpital Ambroise Paré à...

Peut-on prévenir les allergies alimentaires ?Publié le 14/11/2011 - 10h49

Avec 30% des enfants de moins de 15 ans allergiques, l’allergie représente la 4e maladie chronique.La prévention est donc essentielle, mais peu de mesures ont montré leur efficacité. Quelles sont celles que l’on peut réellement mettre en pratique pour prévenir les allergies...

Plus d'articles