Allergènes et virus aggravent l'asthme

Selon une récente étude britannique, allergènes et virus combineraient leurs effets et provoqueraient des crises d'asthme intenses, à plus fort risque d'hospitalisation. Quelques conseils pour prévenir les effets de ce cocktail à haut risque.
PUB

Quand l'asthme est typiquement d'origine allergique, les crises, dues à la contraction des bronchioles (petites bronches), sont provoquées par la rencontre entre l'organisme et l'allergène auquel il est sensible. Les « tuyaux d'admission » devenant plus étroits, le volume d'air entrant dans les poumons est diminué. Celui-ci risque alors de devenir insuffisant pour oxygéner le sang et, dans certains cas extrêmes, le malade sera hospitalisé pour recevoir de l'oxygène et faire cesser la crise.Bien évidemment, la solution la plus simple pour une personne allergique consiste à éviter les allergènes. Cela n'est cependant pas toujours possible. Ainsi, malgré toutes les précautions d'usage, les acariens seront toujours présents dans une maison, même s'ils le sont en quantité moindre. Impossible également d'échapper aux pollens en période de floraison.Or, si malencontreusement, une personne est infectée par un virus alors qu'elle se trouve déjà en contact avec des allergènes, la réaction allergique risque d'être exacerbée et de fortes crises d'asthme peuvent survenir, avec un risque plus élevé d'hospitalisation. L'effet du virus (irritation de la muqueuse des poumons) facilite en effet la mise en contact de l'organisme avec les allergènes et amplifie ainsi la réaction allergique et donc les crises d'asthme. Il en va d'ailleurs de même lorsque pollution et allergènes sont associés.Chez une personne asthmatique, il faudra donc agir sur les deux tableaux et traiter l'infection virale en même temps que l'on réduira l'exposition aux allergènes.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 15 Avril 2002 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 17 Avril 2002 : 02h00