Aides auditives, quoi de neuf ?

© Istock

En France, la surdité est un des handicaps les plus répandus. L’idée d’avoir une prothèse qui dénonce le handicap auditif est un énorme frein à l’appareillage. Dommage, les techniques ont énormément évolué et la surdité se fait, désormais, très discrète, voire invisible… De plus en plus petites et performantes, les aides auditives ont fait un véritable bond technologique.

Publicité

Déficience auditive : nous sommes de plus en plus nombreux...

Sept millions six cent mille Français adultes déclarent souffrir de déficience auditive*, soit 12,7 % de la population. Deux millions de Français malentendants ont moins de 55 ans, 200 enfants naissent sourds et 30 000 à 50 000 adolescents présentent des difficultés auditives.

Cependant, 5 millions de personnes ne sont pas appareillées ! À partir de 74 ans, les problèmes d’audition concernent 31 % de la population : c’est la presbyacousie, perte d’audition naturelle due à l’âge, dont la gêne induite n’est pas une fatalité si l’on a recours aux aides auditives. L’aide auditive est encore taboue en France.

Publicité
Publicité

Perte d'audition = perte du lien social

Et pourtant, il est indispensable de garder une bonne audition. Celle-ci permet de converser et de comprendre les autres dans les échanges de la vie courante : faire ses courses ou converser avec son voisin. Au-delà de la simple compréhension de l’autre, l’audition permet de garder un contact social indispensable à un bon équilibre psychologique.

Autre et excellente raison de prendre soin de son audition, son rôle dans la stimulation du cerveau et son maintien à entretenir ses fonctions essentielles. Sans une bonne stimulation auditive donc une bonne audition, le cerveau est moins appelé à travailler, il devient progressivement «paresseux» et peu à peu, il identifie de moins en moins de bruits. Le traitement de la perte auditive est un processus plus simple qu’on ne le pense et qui peut, avec l’aide de l’audioprothésiste, faire retrouver une vie normale.

 
Publié par Patricia Riveccio, journaliste santé le Jeudi 24 Novembre 2011 : 11h03
Mis à jour le Lundi 28 Novembre 2011 : 14h10
Source : Côté Santé