Age et infertilité : comment évolue la fertilité féminine au cours des années ?

© Istock
Par définition, la fertilité désigne l'aptitude à se reproduire. Chez la femme, elle diminue naturellement avec l'âge bien qu'il existe d'autres causes d'infertilité comme des malformations de l'appareil reproducteur par exemple. 
Publicité

Désir d'enfant : quel est le "meilleur âge" pour tomber enceinte ?

La période la plus propice pour concevoir rapidement un enfant de manière naturelle est comprise entre 20 et 35 ans. C'est là que la fertilité féminine est à son "maximum", à moins d'un problème de santé particulier bien sûr. A noter qu'il est tout à fait possible d'avoir un enfant plus jeune, mais que les grossesses très précoces sont déconseillées, en raison du risque de complications.

Publicité
Publicité

A partir de 35 ans, la fertilité féminine commence à baisser

Comme dit plus haut, l'âge fait partie des causes d'infertilité féminine. Notamment parce que le nombre d'ovules "défectueux" augmente de plus en plus. En conséquence, il devient à la fois plus difficile de tomber enceinte naturellement et de mener une grossesse à terme. Les premières difficultés apparaissent à partir de 35 ans.

43 à 50 ans : la période la plus délicate pour concevoir

Entre 43 et 50 ans, la fertilité diminue drastiquement. C'est là qu'il est le plus difficile de concrétiser son désir d'enfant, même en faisant appel aux techniques de procréation médicalement assistée. Toutefois, des grossesses spontanées restent quand même possibles. Du moins jusqu'à ce que la ménopause, rimant avec "infertilité féminine totale", se mette en place vers 50 ans.

 
Publié par La Rédaction E-Santé le Lundi 13 Août 2018 : 16h00
La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :