Affaiblir les cellules leucémiques en les écartant de la moelle osseuse

Deux études publiées simultanément explorent une nouvelle piste pour lutter contre des leucémies aiguës lymphoïdes : couper les signaux qui retiennent les cellules cancéreuses dans la moelle épinière pour fragiliser des formes de tumeurs qui figurent parmi les plus sévères.

PUB

Des leucémies résistantes au traitement

Les leucémies aiguës lymphoïdes (LAL) peuvent survenir à tout âge mais ce sont les cancers les plus fréquents chez les enfants et les adolescents. Elles sont dues à une anomalie des cellules qui donnent naissance aux lymphocytes B (LAL-B) ou T (LAL-T). Devenant cancéreuses, ces cellules envahissent le sang, la moelle osseuse ou le système nerveux central. Malgré les progrès des chimiothérapies, les LAL-T, forme la plus sévère, sont sujettes à des résistances aux traitements et donc à des récidives dans 25 % des cas pédiatriques et dans 50 % des cas adultes. En étudiant les mécanismes moléculaires du développement des LAL-T, une équipe soutenue par la Fondation ARC a montré qu’il pourrait être possible d’optimiser les effets des chimiothérapies en bloquant un dialogue entre les cellules cancéreuses et le micro-environnement de la moelle osseuse.

PUB
PUB

Bloquer le dialogue entre les cellules leucémiques et leur micro-environnement

Ces résultats sont issus d’un travail de fond visant à comprendre les relations moléculaires entre les cellules leucémiques et leur environnement proche. Ayant remarqué qu’une protéine appelée calcineurine était particulièrement active dans les cellules cancéreuses, les chercheurs ont essayé d’identifier son rôle. Parmi les protéines susceptibles d’interagir avec elle, une protéine exposée à la surface des cellules leucémiques a attiré leur attention : CXCR4. Cette protéine a la capacité de se lier spécifiquement à une seconde protéine, CXCL12, exprimée massivement dans la moelle osseuse. Grâce au dialogue entre CXCL12 et CXCR4, les cellules leucémiques sont guidées vers la moelle osseuse puis s’y installent. Elles sont alors maintenues dans un micro-environnement qui favorise leur croissance.

Parallèlement à ces travaux, une étude préclinique menée par une équipe américaine a montré que le blocage de la relation entre les cellules leucémiques et leur micro-environnement pouvait être une cible efficace pour lutter contre ces leucémies. L’usage d’une molécule bloquant spécifiquement CXCR4 permettait en effet de faire régresser la tumeur. Des molécules dirigées contre CXCR4 étant déjà employées dans d’autres maladies, des essais chez l’Homme pourraient être envisagés dans un avenir proche.

Mots-clés : Leucemie, Cancer, Cellule
Publié par La Fondation ARC le Lundi 13 Juillet 2015 : 14h30
Mis à jour le Mercredi 15 Juillet 2015 : 11h15
Source : Fondation ARC R. D. -  Passaro, D. et al ; CXCR4 Is Required for Leukemia-Initiating Cell Activity in T Cell Acute Lymphoblastic Leukemia; Cancer Cell; Juin 2015
Pitt, L.A. et al; CXCL12-Producing Vascular Endothelial Niches Control Acute T Cell Leukemia Maintenance ; Cancer Cell ; Juin 201
PUB
PUB

Contenus sponsorisés