Les ados manquent de sommeil...

Les données issues d'un récent sondage portant sur les habitudes de sommeil des adolescents, sont inquiétantes. 34% se plaignent de somnolences durant la journée et un tiers d'entre eux présentent même une tendance pathologique à s'endormir durant la journée. Or le sommeil est aussi important par exemple que la nutrition ou la lutte contre le tabac. De plus, l'adolescence est une période charnière du développement du sommeil où co-existent des besoins de sommeil importants, des habitudes de vie qui changent et des emplois du temps surchargés.
Publicité

Ce sondage Sofres, réalisé en février 2005 et commandité par l'Institut du sommeil et de la vigilance (ISV), apporte des informations intéressantes.

  • Plus de la moitié des ados interrogés se sentent somnolents dans la journée au moins une fois par semaine.
  • 30% ont une tendance pathologique aux endormissements dans la journée.
  • Seul un sur dix en a parlé à son médecin.
  • Les ados ne dorment pas suffisamment en semaine et récupèrent le week-end.
  • 70% des ados ont une dette de sommeil en semaine.
  • La récupération n'est pas toujours présente ou suffisante.
  • Il existe un décalage important du lever et du coucher le week-end (plus tardifs) par rapport à la semaine : ce phénomène est un facteur déstabilisant du rythme veille/sommeil.
  • 37% des ados sont concernés par les problèmes d'insomnie, avec une prédominance chez les filles.
  • 34% présentent des problèmes importants de stress, d'anxiété ou de déprime, avec une prédominance chez les filles.
  • Un adolescent sur dix prend des médicaments pour lutter contre le stress, l'anxiété ou pour dormir.

Que font les ados le soir et la nuit ?

  • 96% regardent la télé durant en moyenne 7 h 41 par semaine.
  • 58% surfent sur internet et y consacrent en moyenne 5h38 par semaine.
  • 48% jouent à des jeux vidéo, cette activité représentant en moyenne 3 h 58 par semaine.

Quelles sont les conséquences d'un mauvais sommeil ?

  • Risque de somnolence diurne et troubles de l'attention.
  • Mauvaise reconstitution des stocks énergétiques des cellules musculaires et nerveuses.
  • Trouble de la production d'hormones de croissance.
  • Perturbation de fonctions telles que la glycémie ce qui peut favoriser le surpoids et le risque de diabète.
  • Faible élimination des toxines et des autres déchets des systèmes respiratoires, cardiovasculaires et glandulaires.
  • Diminution des défenses immunitaires.
  • Trouble de la régulation de l'humeur et activation du stress.
  • Perturbation des mécanismes d'apprentissage et de mémorisation.
 
Publié par Rédaction E-sante.fr le Mardi 05 Avril 2005 : 02h00
Source : Sondage Sofres réalisé par téléphone sur 502 adolescents âgés de 15 à 19 ans, entre le 4 et le 16 février 2005 ; www.institut-sommeil-vigilance.com.