Acné rebelle

Inesthétique, l'acné empoisonne l'existence de très nombreux adolescents. A des degrés divers, elle touche 80% des jeunes. Les traitements existent, tout comme les conseils d'hygiène et de cosmétique, mais souvent l'acné résiste. Pourquoi ?
PUB

Les traitements de l'acné

Les traitements locaux (gel, crème) et oraux (médicaments) contre l'acné existent et sont considérés comme efficaces. Ils sont prescrits en fonction de la gravité de l'acné. Or les ados ont pourtant bien du mal à faire disparaître leurs rougeurs et boutons. Les résultats d'un sondage présenté lors des Journées dermatologiques de 2007 apportent une réponse. Lors de ce sondage, des jeunes européens et américains âgés de 12 à 20 ans et consultant un dermatologue ou un médecin généraliste pour acné, ont été interrogés. Il s'avère que la majorité d'entre eux n'ont pas respecté le traitement qui leur avait été prescrit. Ils avaient modifié la posologie, le rythme des prises et/ou l'avaient stoppé prématurément. Il est fort probable que cette simple constatation explique les difficultés qu'ils rencontrent pour faire disparaître leur acné. (A noter que les sujets bénéficiant du médicament Roaccutane® (isothrétinoïne) réservé au cas les plus sévères et/ou résistants aux autres prises en charge, n'étaient pas inclus dans cette étude.)

PUB
PUB

Aujourd'hui encore, le traitement est mal suivi par les ados. Dans son actualisation des recommandations en 2015, la Haute autorité de santé (HAS) indique que dans près de la moitié des cas les patients n'ont pas bien respecté le traitement prescrit.

Pourquoi ne respectent-ils pas leur traitement contre l'acné ?

La raison la plus fréquemment évoquée pour expliquer cette attitude laxiste est la déception due à l'absence d'amélioration significative durant le premier mois de traitement. On peut peut-être reprocher ici aux médecins de ne pas suffisamment insister sur le fait que les traitements contre l'acné ne s'accompagnent pas immédiatement d'une amélioration. En effet, leurs effets ne sont pas tout de suite visibles, il faut attendre un certain temps avant de constater une première amélioration. Par ailleurs, ils ne sont efficaces qu'à la condition d'un suivi strict, régulier et à des doses bien précises. Par exemple, un traitement en crème qui doit s'appliquer tous les jours, n'aurait aucun effet s'il ne l'est que 2 ou 3 fois par semaine. Il faut également savoir que l'amélioration n'est pas définitive. A l'arrêt du traitement ou s'il est mal suivi, les boutons risquent de revenir.

Publié le 03 Septembre 2007 | Mis à jour le 16 Mars 2016
Auteur(s) : Dr Philippe Presles
Source : Rueda M.
Voir + de sources
J. et coll., Journées dermatologiques de Paris, 5-9 décembre 2007.