Acide urique et diabète de type 2 : comment sont-ils liés ?

© Istock
Le diabète de type 2 est bien souvent associé à d’autres pathologies comme l’hypertension artérielle, le surpoids et la survenue de certains troubles métaboliques. Parmi ces derniers, l’augmentation du taux d’acide urique. Cette complication du diabète de type 2 peut, à terme, endommager la fonction rénale. On vous explique.
PUB

Le diabète de type 2

Le diabète de type 2 apparaît généralement chez les personnes âgées de 40 ans et plus. Un ensemble de facteurs favorisants, comme une alimentation déséquilibrée, un surpoids, un manque d’activité physique ou encore une prédisposition génétique, peuvent être révélateurs de cette pathologie. Contrairement au diabète de type 1, il n’est pas insulinodépendant et peut passer très longtemps inaperçu. Deux anomalies peuvent être ici responsables de l’hyperglycémie:- soit le pancréas produit de l’insuline en quantité insuffisante par rapport à la glycémie: on parle d’insulinopénie ;- soit l’insuline fabriquée n’agit pas correctement: on parle d’insulinorésistance.

PUB
PUB

Acide urique et diabète de type 2: le lien

L’acide urique est une substance qui provient de la destruction des cellules mortes et de la digestion. Il s’agit d’un déchet que l’organisme est normalement en mesure d’éliminer, notamment par voie urinaire. Dans le cas d’une personne atteinte de diabète de type 2, la concentration excessive d’acide urique est liée à l’insulinorésistance. Les années d’évolution de la maladie, l’hyperuricémie et les calculs rénaux qu’elle peut entraîner, finissent par endommager sérieusement la fonction rénale des patients. C’est la raison pour laquelle une surveillance accrue du taux d’acide urique est indispensable chez les diabétiques de type 2.

Publié le 23 Juillet 2018
Auteur(s) : La Rédaction E-Santé