Les accros à l’activité sportive auraient plus de problèmes avec l’alcool

Publié par Isabelle Delaleu, journaliste santé et nutrition le Lundi 24 Octobre 2016 : 10h29
Mis à jour le Jeudi 19 Janvier 2017 : 12h04

Si l’activité physique régulière et modérée entretient l’organisme, entraîne le cœur, chasse le stress et protège de certains comportements à risque, la pratique d’une activitésportive en excès semble, à l’inverse, augmenter le risque d’une consommation d’alcool problématique.

© Istock
PUB

Activité sportive et alcool, des liaisons dangereuses ?

Telles sont les conclusions d’une étude menée à partir de l’Observatoire 2016 « Les Français et l’alcool » conduite auprès d’adultes de 18 ans et plus, par la Fondation pour la Recherche en Alcoologie.

Ce travail a établi que les accros au sport, autrement dit victimes de bigorexie (c’est le vrai nom de la dépendance au sport), soit 5% environ de la population adulte, sont trois fois plus nombreux que les pratiquants réguliers et modérés d’une activité sportive à présenter une consommation d’alcool problématique : 11% d’entre eux seraient en effet concerné, contre 4% des pratiquants non accros au sport !

Il est démontré que si la pratique d’une activité physique régulière augmente la fréquence de consommation d’alcool (une consommation au minimum hebdomadaire chez 57% des sportifs réguliers contre 43% des non-pratiquants), elle génère en revanche moins de problèmes d’alcool…

Conclusion ? C’est à très haute dose que le sport deviendrait finalement délétère sur le comportement et pourrait s’associer à d’autres dépendances

Car il serait en effet « faux de croire que l’alcool et le sport sont deux comportements contradictoires » commente le Dr. Laure Com-Ruelle* : « Au contraire, ils s’associent souvent et interagissent fortement, d’autant que tous deux font partie des rituels de socialisation, et déclenchent des mécanismes cérébraux assez semblables, avec une activation du circuit dit de la récompense ». Il est d’ailleurs établi que les différentes dépendances, qu’elles soient aux substances (tabac, alcool, cocaïne) ou comportementales (jeu, sport, sexe) sont fréquemment associées.

PUB
PUB

Dépendance au sport et alcool : des liens plus complexes qu’il n’y parait

Des résultats qui viennent confirmer plusieurs travaux plus anciens, s’intéressant déjà aux relations entre sport et alcool.

Ainsi, l’étude ESPAD (1999) montrait qu’à l’âge de 16 ans, la consommation d’alcool et les ivresses augmentaient dès 8 heures d’activité sportive hebdomadaires.

L’étude IREB (2007), montrait, elle, deux tendances clairement opposées chez les majeurs (18-24 ans) : une augmentation du risque de consommation problématique chez certains jeunes pratiquant intensément des sports collectifs avec compétition (x 2,5 par rapport à ceux optant pour un sport de loisir individuel sans compétition) et à l’inverse une diminution du risque chez d’autres, avec un taux multiplié par 2,8 de non-consommation d’alcool. Deux attitudes opposées, qui montrent que certains échappent clairement au risque de dépendance à l’alcool, sans doute en fonction des différents tempéraments.

Reste que si certains sports semblent assez déconnectés des conduites d’alcoolisation (gym, athlétisme, endurance), d’autres à l’inverse sont plus particulièrement concernés : essentiellement les sports collectifs de ballons (football, rugby, basket, volley…), avec l’incontournable « troisième mi-temps ». Un rituel convivial, mais qui expose aux débordements alcooliques (Binge Drinking notamment) et à la possible installation d’une dépendance.

Publié par Isabelle Delaleu, journaliste santé et nutrition le Lundi 24 Octobre 2016 : 10h29
Mis à jour le Jeudi 19 Janvier 2017 : 12h04
Source : • Première journée scientifique de la Fondation pour la recherche en Alcoologie : http://www.fondationrecherchealcoologie.org/1ere-journee-scientifique/
• Observatoire 2016 « Les français et l’alcool » (Fondation pour la recherche en Alcoologie) www.fondationrecherchealcoologie.org
Merci au Docteur Laure Com-Ruelle, médecin de santé publique et médecin du sport, Directeur de Recherche à l’IRDES (Institut de recherche et documentation en économie de la santé), membre du Conseil scientifique de la Fondation pour la Recherche en Alcoologie.
 
PUB
PUB
A lire aussi
Les bienfaits de la randonnéePublié le 29/06/2009 - 00h00

Marcher de manière régulière protège notre corps et fortifie notre mental à tout âge. La randonnée peut être pratiquée par un grand nombre d'entre nous. Même certaines personnes malades, et en particulier les cardiaques, peuvent en tirer des bénéfices pour leur santé. Côté Santé fait...

Alimentation et arrêt du sportPublié le 25/02/2002 - 00h00

Sauf s'il s'agit d'un accident qui immobilise et interdit tout exercice sportif, il faut vraiment bien réfléchir avant de prendre la décision d'arrêter le sport, surtout quand on le pratique intensément.

Plus d'articles