Accident vasculaire cérébral (AVC) : prévention et signes d’alerte

© getty

Cette 11ème Journée mondiale contre l’AVC, ou « attaque cérébrale », est l’occasion d’informer sur les signes d’alerte à reconnaître, car plus on tarde à intervenir et plus les séquelles sont fréquentes…

Il faut également savoir que les récidives sont nombreuses après un premier accident, d’où l’importance d’adopter les bons réflexes.

PUB

Les signes d’alerte de l’AVC

Chaque année en France, l’AVC fait 100.000 nouvelles victimes et 33.000 en décèdent. L’accident vasculaire cérébral représente la 3ème cause de mortalité (la 1ère chez les femmes), la 1ère cause de handicap acquis chez l’adulte et la 2ème cause de démence.

  • Troubles de la parole (difficultés à trouver les mots ou à les exprimer).
  • Inertie d'un membre (perte de la motricité et de la force d’un bras, d’une jambe, ou de la totalité d’un côté du corps).
  • Paralysie du visage (déviation de la bouche).

D’autres symptômes peuvent survenir comme des troubles de la vision, une perte d'équilibre, des pertes de connaissance, des nausées ou des vomissements, des maux de tête.

PUB
PUB

Face à de tels symptômes, il ne faut pas perdre de temps mais composer immédiatement le 15 (Samu). En effet, le délai de prise en charge dès l’apparition des premiers signes de l’AVC est primordial pour diminuer la fréquence et la sévérité des séquelles (troubles de la parole, de la mémoire, de l'attention…).

Actuellement, l’AVC entraîne un handicap léger ou modéré chez un quart des victimes et un handicap sévère pour un patient sur trois comme l’impossibilité de marcher sans assistance.

Prévention des récidives de l’AVC

Après un AVC, les récidives sont fréquentes avec un risque de rechute entre 30 et 43 % à 5 ans. S’il existe des facteurs de risque (hypertension artérielle, excès de cholestérol, diabète, troubles du rythme cardiaque, fibrillation auriculaire, etc.), l’hygiène de vie compte aussi pour beaucoup.

C’est ainsi que les cardiologues recommandent à leurs patients, en plus de leur participation active à leur traitement, d’adopter les bons réflexes : arrêt du tabac, limitation de l’alcool, activité physique, poids de forme, alimentation équilibrée, etc.

Pour en savoir plus : http://www.avcvitele15.com.

Publié le 30 Octobre 2013 | Mis à jour le 30 Octobre 2013
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : Dossier de presse de la Fédération Nationale France AVC et de la Société française neuro-vasculaire (SFNV), 22 octobre 2013.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés