8 huiles essentielles pour bien dormir

© Adobe Stock

Essentiel à notre santé physique et mentale, le sommeil est parfois difficile à trouver. En quête d’une solution naturelle pour éviter les effets délétères des somnifères et autres sédatifs ? Tournez-vous vers les huiles essentielles qui se révèlent d’une efficacité redoutable pour calmer les nerfs. Le point avec Marc Le Quenven, naturopathe à Paris.

PUB

La lavande calme le système nerveux

Les produits à base de lavande sont réputés pour aider les insomniaques à retrouver le sommeil. Et pour cause, la lavande calme le système nerveux, abaisse la pression artérielle, le rythme cardiaque et la température corporelle. Autrement dit, elle prépare le corps à l’endormissement tout en réduisant le stress et l’anxiété. Et que dire de l’odeur de la lavande ?

Le conseil du naturopathe : Frottez 2 à 3 gouttes d'huile essentielle de lavande dans vos mains, puis utilisez la méthode d'inhalation pour attirer le parfum dans la glande amygdale (l'entrepôt émotionnel) de votre cerveau afin de calmer l'esprit. Ensuite, frottez-vous les pieds, les tempes et les poignets pour un effet calmant immédiat sur le corps.

PUB
PUB

La valériane, une vraie tranquilisante naturelle

Véritable tranquillisant naturel, la valériane contient de l'acide valérianique, reconnue pour son action sédative. En endormant le système nerveux central, elle améliore très nettement la qualité du sommeil. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’on retrouve la racine de valériane dans de nombreuses tisanes destinées à nous faire passer des nuits tranquilles.

Le conseil du naturopathe : appliquez l'huile essentielle de valériane diluée dans un peu d'huile végétale sur la nuque ou sur le dessous des pieds. Vous pouvez aussi l’utiliser dans votre routine nocturne en la diffusant près de votre lit.

Attention : Les huiles essentielles sont strictement interdites pendant toute la grossesse ainsi que pour toutes les mamans qui allaitent. Elles sont également contre-indiquées chez les enfants en-dessous de l’âge de 6 ans, seuil au-delà duquel elles ne présentent plus de risque quand elles sont utilisées aux doses recommandées. En cas de doute, demander conseil à un pharmacien.

Publié le 19 Novembre 2018
Auteur(s) : Julie Giorgetta, journaliste santé
Validé par : Marc Le Quenven, Naturopathe