77% des Français font confiance aux hôpitaux publics

Après plusieurs affaires dramatiques, le journal Le Parisien et l'institut CSA ont interrogé les Francais sur leur confiance à l'égard des hôpitaux publics. Le résultat est très largement positif puisque, quatre ans après une enquête du même type, 77% des répondants renouvellent leur confiance à l'hôpital public.
PUB

"D'une manière générale, avez-vous confiance ou pas dans le fonctionnement des hôpitaux publics ?"

Telle était la première question posée aux Français. Plus des trois quarts d'entre eux (77%) déclarent avoir tout à fait ou plutôt confiance, tandis que 21% indiquent avoir plutôt pas confiance ou pas confiance du tout. Un chiffre quasi identique - malgré un contexte défavorable - aux 78% obtenus lors d'une enquête similaire réalisée en février 2004 par le magazine L'Expansion et CSA.

Le fonctionnement des urgences des hôpitaux publics

La seconde question portait sur la confiance à l'égard du fonctionnement des urgences des hôpitaux publics. Les résultats sont également très positifs, même s'ils sont légèrement inférieurs : 72% déclarent avoir tout à fait ou plutôt confiance dans les urgences, contre 26% qui n'ont plutôt pas confiance ou pas confiance du tout. A noter : le degré de confiance est plus élevé en province (74%) qu'en Ile-de-France (63%). Un écart qui peut s'expliquer, selon CSA, "par des engorgements aux urgences plus importants" en région parisienne.

PUB
PUB

La confiance des Français envers leurs hôpitaux publics se fonde sur un certain nombre de raisons objectives. Le nombre de décès après une anesthésie générale, par exemple, a été divisé par dix au cours des trente dernière années. De même, les maladies nosocomiales (contractées à l'hôpital) ont diminué de 12% entre 2001 et 2006, avec une pointe à -40% pour les maladies imputables aux staphylocoques.

En 2007, le nombre d'accidents médicaux indemnisés - c'est-à-dire pour lesquels une faute a été reconnue - s'est élevé à 1.250, soit 1,5 pour 10.000 hospitalisations. Et le nombre des décès imputables à une faute était de 77 en 2006.

C'est bien sûr beaucoup trop, même si l'on sait que tout être humain est faillible et que le risque zéro n'existe pas. Mais ce nombre de décès accidentels est à rapprocher des 13 millions d'admissions annuelles aux urgences, des 38 millions de personnes reçues en consultation et des 8,4 millions de patients hospitalisés chaque année.

Fiche technique : sondage réalisé par l'Institut CSA pour "Le Parisien" et "Aujourd'hui en France" les 7 et 8 janvier 2009 auprès d'un échantillon national représentatif de 958 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Publié le 19 Janvier 2009
Auteur(s) : Hopital.fr
Source : hopital.fr